Après la relative déception que fut le remake de Mario 64 il y quelque temps, Voici enfin le dernier opus du plombier rouge à casquette. Portant le nom de New Super Mario Bros., ce tout nouvel épisode marque un retour aux sources sur plusieurs points. Comme d’habitude, Peach se fait enlever, et comme d’habitude Mario est le seul plombier disponible pour partir à sa recherche. Alors New Super Mario, un bon cru ?

Ce n’est pas que Super Mario 64 DS était mauvais, loin de là, le plaisir de retrouver ce titre mythique de l’ère N64 était bien présent. Mais la jouabilité tactile ne semble pas avoir séduit la majorité. Bref, c’est quelques mois après cette demi-déception que je mets la main sur New Super Mario bros. (NSMB).

Après une courte intro, nous donnant les prémices d’un scénario tarabiscoté qui se voit par la suite aussi tortueux que passionnant, mêlant judicieusement rebondissements et multiples péripéties… Non, je rigole. Mini-Bowser kidnappe Peach pour le compte de son papa l’horrible Bowser toujours aussi (voire trop) méchant, et ce bien sur, à l’insu de Mario. Ce dernier, comme à son accoutumée, part à sa recherche à travers le royaume Champignon.

La première chose qui choque en jouant à NSMB, ce sont les graphismes vraiment magnifiques. Le mélange de 2D pour les décors et de 3D pour les ennemis est particulièrement efficace, et plus adapté selon moi au format portable, que la full 3D pas très lisible sur un petit écran. Mario est magnifiquement modélisé et ses animations sont bluffantes de fluidité. Les ennemis ont aussi droit à des animations très soignées et même à de petits détails bien rigolos : comme les koopas troopas qui dansent en rythme ou les araignées qui montent et qui descendent avec la musique. Les fonds et décors sont tout bonnement magnifiques et englobent tous les thèmes déjà connus du royaume Champignon, comme les forets, les mondes souterrain, de lave, ou encore sous-marin ou de glace.

Pour ce qui est du gameplay, Nintendo revient directement aux sources en nous proposant un jeux de plates formes 2D extrêmement classique. Classique, soit, mais efficace. Un Mario reste un Mario, et c’est toujours avec un certain enthousiasme que l’on redécouvre cette précision de gameplay. Une fois la cinématique de Mario maîtrisée, on prend grave son pied à franchir les niveaux à vive allure en évitant ennemis et obstacles, et en effectuant des sauts aussi dangereux qu’implacablement précis. On retrouve les mouvements traditionnels de Mario comme le triple saut et la frappe rodéo. En plus du champignon et de la fleur que l’on connaît déjà, viennent s’ajouter plusieurs objets : un mega-champi transformant Mario en géant et nous permettant de détruire le niveau de façon jouissive pour amasser des vies , un mini-champi réduisant Mario, qui pourra ainsi avoir accès à des zones cachées et enfin une carapace bleue avec laquelle on pourra se mettre en boule afin de faire un maximum de ravages, ce qui ne manquera pas de vous faire tomber dans le premier trou venu. Mais ces ajouts bien que fort agréables au premier abord ne sont malheureusement pas assez exploités au long des niveaux.

Le jeu est divisé en 9 mondes d’une dizaine de niveaux chacun et même s’il n’est pas très difficile d’aller jusqu’au générique de fin, la recherche des pièces (3 pièces sont dissimulées par niveau) permet d’allonger le plaisir pour quelques heures de plus. Le jeu reste quand même bien simpliste pour le fan qui a déjà plié les autres aventures de l’italien moustachu. Les niveau s’enchaînent sans grande difficulté et les boss qui ponctuent les mondes sont très peu résistants. La durée de vie peut cependant être augmentée par le multijoueur : ce dernier permet en reliant quatre DS par Wi-fi de jouer aux mini-jeux de Mario 64 DS remanié pour être jouer à quatre. On peut aussi se piquer mutuellement des étoiles sur un niveau de la partie solo. C’est sympathique quelques minutes, mais sans plus.

New Super Mario Bros. est un excellent jeu grâce à son gameplay jouissif et précis digne des autres Mario, et à sa technique parfaite, aussi bien graphique que musicale, dans ses moindres recoins. Il reste tout de même décevant de par son absence de difficulté pour un joueur averti, ce qui entraîne une durée de vie relativement faible.

Les commentaires ne sont plus admis.