Koshiro Saeki, jeune homme de 27 ans habitant toujours chez son père, travaille au sein d’une agence matrimoniale et se remet difficilement de sa récente séparation. C’est à ce moment qu’il apprend que sa petite soeur, Nanoka Kohinata, qu’il n’a pas vu depuis de nombreuses années, va venir vivre sous le même toit. Ne sachant rien l’un de l’autre, leur rencontre va pourtant tout bouleverser.

Comme vous l’avez remarqué, le sujet de cet anime (inceste pour simplifier) peut en rebuter certains. Mais ce serait dommage de passer à côté, sincérement. Ceux qui n’aiment pas les rythmes narratifs lents (l’intrigue prend son temps pourrait-on dire), passez votre chemin, à moins que vous n’aimiez les histoires d’amour impossible.

Que du bon du côté de l’animation et des graphismes. Les couleurs pâles sont très agréables à l’oeil et traduisent à merveille l’atmosphère sensible de l’histoire. La beauté des décors et des expressions surprennent… mais l’impression de « crayonné » rapide peut parfois subsister. L’OST est jolie et intervient aux moments les plus propices pour insister sur telle ou telle émotion.

Les personnages sont tous très travaillés et touchants dans leur sincérité et leur dévotion. Impliqués dans la destinée des deux héros avec ou contre leur gré, les personnages « secondaires » apportent tous quelque chose d’important pour l’intrigue et les deux personnages principaux.

Chaque personnage renvoie d’ailleurs un point de vue face à la situation, de sorte que le spectateur puisse se forger sa propre opinion, tout en s’identifiant à eux. Cette diversité ajoute à la série une force particulière, qui réside dans sa maturité et le suspense très bien dosé qui nous pousse véritablement au coeur de l’intrigue et nous donne envie de connaître l’issue de l’histoire.

Le grand frère est pour moi LE personnage de cette série, et un des plus émouvants que j’ai pu rencontrer. Sa détresse, la lutte qu’il mène contre lui-même, la sincérité de ses sentiments m’ont vraiment pris aux tripes, jusqu’à m’en tirer des larmes. Quant à Nanoka, elle qui ressent en premier le besoin d’un grand frère -tout simplement- est vite perdue et déboussolée face aux sentiments de son frère, et aux siens qui ne font que grandir. Malgré son jeune âge, elle change très vite et gagne en maturité tout au long de la série.

Le sujet abordé, lorsqu’on prend de la distance, est peint avec tendresse, objectivité et sérieux, tout en nous poussant à réfléchir. Beaucoup de souffrance, de remises en question, de bonheur aussi, pour donner un ensemble qui ne nous laisse pas indifférent. Une série qui ose traiter d’un thème tabou avec beaucoup de brio, tout en éblouissant par une fin qui sonne très juste. Un de mes plus grands coups de coeur.

Les commentaires ne sont plus admis.