Après l’échec de la mission consistant à ramener Sasuke au village, Naruto et ses amis retournent au village de Konoha afin de faire le point. Une tentative ratée d’infiltration du repaire d’Orochimaru plus tard, et voici que Jiraiya, a.k.a l’ermite pervers disparaît on ne sait où ! Naruto qui comptait sur sa présence pour s’entraîner et récolter des informations sur Sasuke, ne sait plus quoi faire pour ne pas rester inactif. Heureusement, le 5eme Hokage Tsunade est là, et elle va fournir un bon nombre de missions plus diversifiées les unes que les autres afin de faire patienter le ninja turbulent…

Je vous fais grâce du résumé, si vous ne connaissez pas encore Naruto ne serait-ce que de nom, c’est que vous ne vous êtes pas beaucoup intéressé à cet univers qu’est la japanimation. Shonen à succès adapté du manga du même nom, Naruto s’est donc rapidement vu confronté à l’un des grands problèmes des adaptations de manga toujours en cours : qu’est-ce qu’on fait quand on a rattrapé le manga ?? Deux solutions se présentent alors. Soit l’anime se met en pause et attend que le manga prenne l’avance suffisante afin d’adapter la suite (solution adoptée par l’anime de Hunter x Hunter par exemple). Soit l’anime continue à être diffusé, mais sans le support du manga grâce à des épisodes au scénario totalement inventé qu’on appelle communément « fillers » (littéralement : bouche-trou). Ne bénéficiant pas du suivi du mangaka écrivant le scénario originel, ces fillers tranchent souvent avec le reste de la série et sont rarement intéressants. Les scénaristes (quand ils existent, car on a parfois plus l’impression que c’est la femme de ménage qui passait dans le coin qui a imaginé le déroulement de l’intrigue) sont en outre obligés de rester le plus neutre possible quant à l’évolution des personnages afin de ne pas introduire (trop) d’incohérences avec ce qui sera adapté du manga plus tard. Résultat, on se retrouve face à des épisodes qui non seulement ne font pas avancer l’histoire, mais sont en plus horriblement fades car sans aucune autre ambition que de gagner du temps. Ce n’est heureusement pas du tout le cas de Naruto, qui bénéficie de fillers de qualité avec un scénario recherché et bien pensé, tantôt palpitant avec des combats d’envergure face à des méchants ultra charismatiques, tantôt hilarant avec des épisodes à but comique remplis de gags dantesques.

Les fillers de Naruto sont généralement découpés en mini-arcs de quelques épisodes mettant systématiquement en scène notre ninja orange préféré (ben oui, c’est le héros et y’a même son nom dans le titre de la série) ainsi que un, deux ou trois autres genins de Konoha. Ces derniers se verront alors confier une mission par Tsunade qui consistera à aller régler un problème dans un des villages cachés du pays. Village inédit (dont on n’entendra plus jamais parler par la suite) et qui se trouve sous le joug d’un ninja maléfique aux pouvoirs si extraordinaires que même Naruto et ses amis peineront à le battre. Seul l’emploi d’un Rasengan bien placé (seule technique que le héros semble avoir retenu depuis l’épisode 135) pourra espérer le vaincre. Ces ninjas sont d’ailleurs tellements puissants et charismatiques qu’ils n’apparaîssent que le temps de quelques épisodes, jusqu’à ce qu’ils soient vaincus, sans doute par volonté de ne pas faire passer les héros au second plan car ils en imposent vraiment trop. On notera d’ailleurs la composition extrêment diversifiée des équipes de Konoha, les scénaristes faisant bon usage du grand pannel de personnages introduits tout du long de la série. On aura donc droit à des combos aussi intéressants que Naruto/Hinata/Kiba, Naruto/Ino, Naruto/Lee/Neji/Tenten ou même Naruto/Chouji/Hinata ! Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus du côté épique de ces aventures, je citerai simplement quelques titres de parties afin de vous mettre l’eau à la bouche. Vous découvrirez entre autres le curry qui redonne la vie, l’exploration d’un château hanté ou la passionante recherche du Bikochu, insecte légendaire convoité par de nombreux ninjas.

Pour tempérer cette action trépidante, les auteurs ont heureusement pensé à inclure des épisodes de transition, généralement à vocation humoristique. Pour vous les situer un peu, on est quasiment au même niveau que le mythique épisode 101 où l’équipe 7 tente de retirer le masque de Kakashi. Une franche réussite donc. Comment ne pas rire à gorge déployée devant Naruto qui malaxe de la pâte à pain avec son Rasengan par exemple ? Ou quand le taciturne Shino inhale du gaz hilarant. Ou quand des imposteurs très mal déguisés en Gai et Lee s’infiltrent dans Konoha sans se faire repérer. Ou même quand Naruto transformé en Ino se fait poursuivre tout en urinant partout. C’est du haut niveau.

Au niveau technique, on se situe dans la continuité de la série. Certains épisodes sont dessinés de façon tout à fait correcte, alors que d’autres semblent avoir été conçus par la femme de ménage des studios (qui est décidément très polyvalente). On retrouve aussi les musiques habituelles, ce qui est un bon point puisque l’ost composée par Toshio Masuda est excellente.

Si vous n’avez pas encore détecté le ton ironique qui ponctue cette chronique, je résume pour vous : les fillers de Naruto sont catastrophiques, absolument inintéressants, ne font pas avancer l’histoire d’un pouce, quand ils se veulent palpitants, c’est raté, et quand ils se veulent drôles, c’est pas mieux. Objectivement en 80 épisodes de fillers, seule la partie sur l’attaque de Konoha (épisodes 197 à 201) se révèle être un tant soit peu intéressante, même si pas vraiment crédible au niveau de l’intrigue. À éviter à tout prix donc. Leur seul interêt étant pour les spectateurs qui, sortant de la période filler, découvriront la Next Gen et ne remarqueront peut-être pas que cette dernière est carrément médiocre par rapport à la première partie de la série. Mais quand on est habitué à l’ignoble, même le médiocre paraît savoureux.

6 réponses à “Naruto (Fillers)”
  1. kamui dit :

    Fantastique synthèse !!!
    Une série baclé et sous traité par des personnes au talent fou, pour un publique dont le QI n’excède pas la température anale 😉

  2. Joo dit :

    Intéressant, mais ces fillers regroupent quels épisodes exactement ? (pour savoir quels ép. je peux sauter)

  3. khyos dit :

    Ce sont les épisodes du 136 au 220, donc autant passé du 136 à la nouvelle série Shippuden.

  4. Kirox dit :

    C\’était indiqué dans la petite fiche récapitulative en haut à droite de l\’article, section Format ^^\’. Notons toutefois que les scénaristes veulent m\’inciter à refaire un article similaire, vu qu\’on va bientôt se taper des fillers dans Shipuuden…

  5. Joo dit :

    Merci, j\’avais pas vu que c\’était indiqué.
    En revanche, j\’ai cru comprendre que Naruto Shippuuden intégrait dès les premiers épisodes des \ »fillers\ » pour ne pas rattraper trop vite le manga…
    (à part ça, je vois que les Anglais parlent souvent de \ »filler arc\ » ou de \ »arc\ » tout court, ça signifie quoi ?)

  6. Kirox dit :

    Nop, aas de fillers pour l\’instant dans Shipuuden, ils ont juste étiré au maximum et ralenti le rythme (dernièrement on était à un ratio 1 chapitre = 1 épisode en terme de scénario, ce qui est vraiment très lent).
    On parle d\’arc en anglais pour diviser une série en plusieurs parties scénaristiques. Par exemple pour Naruto, on parlera de l\’arc \ »récupérer Sasuke\ » qui s\’étend du tome 20 au 27. Ou de l\’arc \ »examen chuunin\ » du tome 5 au 16.

  7.