Il existe dans le monde deux bandeaux : le numéro un, celui qui le porte détient le pouvoir et la gloire d’être le plus grand combattant du monde et le numéro deux, seul bandeau qui permet de défier le porteur du numéro un. Afro, un samurai black, possède le bandeau numéro deux et ne vit que pour venger la mort de son père tué par « Justice », le numéro un.

À la lecture de ce synopsis un peu flou, on peut avoir l’impression de tomber sur un bon vieux Shonen basique à trois euros six sous, mais Afro Samurai est loin de correspondre à cette description.
Il serait faux de nier qu’Afro Samurai ne brille pas par l’originalité et par la profondeur de son scénario, mais heureusement l’intérêt de l’anime réside plutôt dans ses combats que dans son univers mélangeant un peu tout et n’importe quoi, du Japon traditionnel à un Dark Vador Teddy Bear… En effet, le format de 5 épisodes seulement, dont les trois quarts sont occupés par des combats, est là pour nous rappeler qu’Afro Samurai est un essai d’Art se démarquant surtout par la qualité de l’animation, et ceci particulièrement pendant les phases d’action. Tenir une telle qualité sur toute une saison de 26 épisodes aurait sûrement coûté de nombreux deniers, même pour un studio tel que Gonzo. En plus de la qualité des graphismes, il est à noter que la plupart des personnages sont plutôt classes et dans l’ensemble on ne peut nier une inspiration générale du fabuleux Samurai Champloo. On y retrouve une BO similaire Hip Hop/Rap chais pas quoi, qui n’est pas très convaincante à mon goût (mais d’autres apprécieront sûrement) et une ambiance funky, elle aussi très proche de l’anime de Watanabe. Malheureusement, l’anime n’est pas au niveau par son manque de variété dans seulement 5 épisodes et par l’introduction de personnages incohérents et ridicules, sans parler des scènes qui ne consistent qu’à montrer une bonne grosse paire de seins. La cerise sur le gâteau reste le doublage anglais très laid pour certains personnages, qui nous fait espérer que si l’anime sort un jour en DVD au Japon, on ait droit à un bon doublage. Car oui, j’ai oublié de le préciser : Afro Samurai est un projet coproduit par Samuel L. Jackson (qui a fait la voix du héros) et n’a donc été pour le moment doublé qu’en anglais.

Pour conclure, Afro Samurai est un bon divertissement qui n’aurait pas mérité de faire plus de cinq épisodes au vu de la profondeur du scénario, mais qui arrive quand même à convaincre par sa grande qualité d’animation.

PS : L’article est court, mais il n’y a malheureusement pas grand chose à dire sur cet anime, ce qui fait sûrement un défaut de plus.

Les commentaires ne sont plus admis.