Doujin Work est un anime qui se passe dans le milieu des  » doujinshi « , célèbres mangas amateurs aux tendances plus que perverses. Najimi, notre cupide héroïne, découvre le monde du doujinshi par le biais de son amie Tsuyuri et y voit tout de suite un moyen de se faire de l’argent. Elle va donc essayer par la suite de créer de nouveaux doujinshi dans un but lucratif alors qu’elle n’a pas le moindre talent.

Pas besoin de chercher plus loin, toute l’histoire de Doujin Work est dans le synopsis et ce n’est bien sûr pas l’atout premier de l’anime. Doujin Work est une série au format court (10 minutes par épisode) accompagné d’un fil rouge qui vous l’aurez compris est la création de doujinshi. La première chose qui marque, après l’extrême simplicité du scénario, est la réalisation très  » petit budget  » de l’anime qui est accompagnée d’une animation des plus sommaire avec à la fois beaucoup de plans serrés et fixes et des dessins d’une qualité plus que basique. Cela n’empêchant pas le studio de faire quelques essais graphiques originaux en 2D.

Mais tous ces défauts ne semblent pas entacher le but proposé par Doujin Work qui est de nous donner un anime à la fois un peu con, drôle et rafraîchissant. Je n’irai pas jusqu’à dire que l’anime est à se taper le genou comme nos bons vieux héros de BD mais il prête souvent à sourire, voire à rire par ses nombreux quiproquos mis en scène.

Le format choisi par le petit studio Remic de douze fois 10 minutes est au poil car 20 minutes aurait été peut être un peu lourd compte tenu de l’humour assez basique de l’anime, alors que pour 10 minutes, on se fait plaisir un petit coup sans qu’on sente le besoin de regarder sa montre pour voir si l’épisode est bientôt fini.

Au final, Doujin Work est tout sauf une révolution, ne vous attendez pas à trouver un anime de la trempe d’un Lucky Star ou encore d’un Genshiken mais il n’en reste pas moins un divertissement tout à fait correct qui égaiera bien 10 minutes de votre longue semaine d’otaku. On espère juste que l’anime se diversifiera par la suite dans son humour et ne restera plus bloqué dans le quiproquo et les situations embarrassantes.

Les commentaires ne sont plus admis.