En ce beau jour de printemps, les fleurs de cerisiers tombent comme à leur habitude sur le Japon, et le corps d’Itoshiki Nozomu, notre héros professeur pend le long d’une corde. Rien de plus normal pour lui que ce suicide, mais malheureusement Fuura Kafuka, une de ses futures élèves, est là pour le sauver. C’est sur cette rencontre que va débuter Sayonara Zetsubou Sensei, à traduire par Au Revoir Professeur Désespoir.

Vous l’aurez compris au synopsis, Sayonara Zetsubou Sensei ne fait pas dans la gaieté… et bien pourtant si, SZS est un anime tout ce qu’il y a de plus hilarant, au point de déclencher l’alerte ACOC  » Attention Chef d’Oeuvre Comique « . L’anime donne dans l’humour noir, le très noir… (non là c’est trop noir je vois plus mon écran), cette noirceur est plutôt rare dans les œuvres japonaises mais elle ne manquera pas d’être appréciée face à des animes comiques en général très joyeux à l’instar de Lucky Star ou School Rumble.

Itoshiki, qui est dorénavant mon professeur de lycée préféré, est du genre pessimisto-paranoïaque avec le soupçon de désespoir qui va bien avec. A chaque obstacle que la vie lui oppose, il ne trouve qu’une seule solution : le suicide. Au cours des épisodes, il va essayer de démontrer à ses élèves à quel point la vie n’a pas de sens et qu’elle ne présente aucun espoir. Face à lui, pour son plus grand désespoir, une classe de cas sociaux à commencer par sa bien portante élève Fuura. Elle est tout son opposé, à la fois ultra positive, niaise et hurluberlue qui voit le bien partout, même dans les pires choses. Mais ce n’est pas tout, il aura aussi affaire à une hikikomori, une stalker ou encore une fille à double personnalité, et j’en passe et des meilleures…

Par cette classe des plus hétéroclites et folles, Sayonara Zetsubou Sensei aborde en fait presque tous les problèmes de la société japonaise, mais toujours de façon délirante et sarcastique de par le comportement cynique du professeur qui trouve toujours des solutions pour le moins pourries mais à mourir de rire.

Au delà de ce comique de situation, l’anime est bourré de critiques du monde contemporain et de délires totalement barrés de tous ces personnages, manifestement ils ont décidé de prendre tous à tour de rôle un rail d’une drogue encore inconnue aux effets plus destructeurs que le LSD. En parallèle, on a aussi le droit à un nombre illimité de références à des animes, mangas, jeux-vidéos plus ou moins récents. On est face à deux types de références, soit directes qui ne peuvent que sauter aux yeux, soit plus discrètes comme les nombreuses qui sont notées au tableau du professeur et qui changent à chaque plan. Alors commence un nouveau jeu autrement appelé le  » je bourrine sur ma barre d’espace pour faire des pauses toutes les dix secondes le temps de lire toutes les références « . Ceci n’est pas un reproche, au contraire on prend un malin plaisir à le faire.

Autant vous dire qu’avec ce cocktail détonnant tout droit sorti de la glacière pour cet été, vous aurez de quoi être écroulé devant vos écrans pour 12 longs épisodes. Même si à mon compteur je n’en ai vu que 5, je ne doute pas le moins du monde que les 7 autres seront de la même facture.

Mais la qualité de l’anime ne s’arrête pas qu’à l’aspect comique, Sayonara Zetsubou Sensei est aussi une claque graphique, le style est à la fois frais, magnifique et original. Le charac design, lui, n’est pas sans rappeler celui de xxxHOLIC même si ici les personnages n’ont pas des bras longs de 20 mètres (c’est loin d’être un mal). En ce qui concerne les vêtements, on peut noter que le procédé utilisé est semblable à celui employé dans Gankutsuou, sans que celui-ci déclenche un mal de crâne interminable comparé à son aîné.

Au niveau de la réalisation, là encore, c’est du très beau boulot, les scènes s’enchaînent souvent frénétiquement lorsque les personnages partent dans leur délires, l’animation est toujours soignée. Tout est impeccable, le choix des plans précis et original, l’action fait toujours mouche, que dire de plus je suis aux anges devant un tel monstre de l’animation et de plus une telle tenue graphique est très rare dans les animes à tendance comique.

Côté ambiance musicale, là aussi pas d’erreur, l’OST colle totalement avec l’esprit de l’anime, même si aucun thème ne m’est encore resté dans la tête, les animes comiques sont loin d’être reconnus pour leur BO. Mention ultra spéciale pour le 2ème opening, qui est en fait le même que le premier avec de nouvelles images, à la fois beau, original et décousu, que ce soit visuellement ou musicalement.

Au final Sayonara Zetsubou Sensei est un anime comique à ne pas rater, il fait preuve d’une originalité autant graphique que conceptuelle et d’une qualité globale impressionnante pour un anime du genre. Beau, frais, hilarant, totalement décalé, une merveille de l’animation à mettre à côté des plus grands. Le seul défaut sera peut être qu’il ne fasse seulement que 12 épisodes, rendez-vous dans 6 semaines pour le verdict final !

Pas de réponse à “Sayonara Zetsubou Sensei”
  1. Toulal dit :

    Très bonne critique khyos-sensei, je ne peux qu’afficher un grand +1 à cette série. (Ajoute les références dans les plus :p)

  2.