Entre deux sauvetages de princesse, il est maintenant bien connu que les personnages de l’univers Mario aiment faire du sport ensemble. L’occasion pour nos amis de nous faire partager un bon moment de franche rigolade à chaque fois. Comme le précédent opus, Mario Smash Football sur Gamecube, ce nouveau Mario n’a que peu de choses à voir avec le sport né en Angleterre. Il s’agit avant tout de partager du fun entre copains.

Pre Scriptum :
Pour des raisons techniques, ce test n’abordera pas le mode multi-joueurs online.

En effet, Mario Strikers Charged Football n’a gardé du football que le principe de marquer des points en faisant entrer un ballon dans les buts. Le but du jeu consiste alors à trouver le bon endroit sur l’arène (on ne peut plus vraiment parler de terrain mais on pourrait presque appeler ça un champ de bataille) pour essayer de décocher avec l’un des quatre joueurs de champ de notre équipe une frappe surpuissante qui laissera le pauvre gardien adverse impuissant. Trouver le bon emplacement en effet car en plus des adversaires, jeu Mario oblige, le terrain de jeu recèle de pièges propres à l\’arène, comme des Twomp, des éclairs, de la lave et même des tracteurs. On peut aussi utiliser des objets pour empêcher son adversaire de jouer (je le disais, rien à voir avec le foot, ici on vise l’adversaire et non le ballon pour défendre, et puis de toute façon, il n’y a pas d’arbitre). On retrouve alors les grands traditionnels des Mario Kart entre autres que sont les bananes, les Bob-omb, les Chomp, les champignons ainsi que les carapaces vertes, rouges télécommandées ou bien, petit changement, bleues glaçantes.

Sous cette apparence bien désordonnée se cache heureusement un soupçon de tactique. Je m’explique. Tout comme au futsal l’équipe est composée de 5 joueurs. Le gardien sera toujours un Kremling, tiré de l’univers de Donkey Kong, invincible à n’importe quelle charge directe et qui n’hésite pas à donner des gros coups pour vous faire sortir de sa surface de réparation. On notera même qu’il prend le ballon dans ses mains hors de cette surface. La seule solution pour s’en débarrasser sera d’utiliser le tir spécial d’un des trois équipiers du capitaine de l’équipe (je reviendrai sur le rôle du capitaine un tout petit peu plus bas). Il existe 8 types de coéquipiers : Frère Marto, Toad, Koopa, Topi Taupe, Boo, Maskass et Skelerex. Chacun possède des aptitudes plus ou moins grandes dans l’une des quatre spécialités suivantes : déplacement, tir, passe et défense. Il faudra donc tenir compte de cet aspect pour former votre équipe. Leur tir spécial est également plus ou moins efficace selon le personnage : parmi les plus utiles, on peut noter le lancer de marteaux du Frère Marto (qui ne fait pas parti d’une Eglise) juste avant sa frappe ou encore le tir de feu de Toad (et ouais, un FireShot !). Ces joueurs sont menés par les personnages les plus emblématiques des jeux multi Nintendo que sont : Mario, Luigi, Peach, Daisy, Wario, Waluigi, Donkey Kong, Yoshi et Bowser. A ces 9 capitaines se rajoutent 3 autres qu’il faudra débloquer : Bowser Jr., Diddy Kong et Flora Piranha. Ce sont les personnages les plus puissants. Ils possèdent une technique spéciale, qu’on obtient de la même manière que les objets et qui est propre à chacun : par exemple, Mario devient géant façon New Super Mario Bros., Wario pète pour déstabiliser les adversaires et Bowser comme à son habitude crache des flammes un peu partout. Mais le plus important est leur faculté à décocher une méga frappe qui, pour peu que vous soyez précis avec la jauge, vous permettra de marquer jusqu’à 6 buts en une seule frappe (même Tsubasa en serait jaloux). Le joueur adverse aura alors la possibilité de pouvoir arrêter ces tirs, ou pas, en pointant avec la wiimote des ballons arrivant sur l’écran plus ou moins vite selon la réussite de l’attaquant à l’exercice de la jauge.

Avec toutes ces possibilités, Mario Strikers Charged Football nous offre une expérience de jeu palpitante. Les renversements de situation sont possibles à n’importe quel moment et, à moins de mener par 7 buts à 5 secondes de la fin, vous ne serez jamais serein pour l’issue du match. Le jeu prend tout son intérêt en mode multi-joueurs et, pour peu que vous ayez la chance de posséder 4 wiimotes et 4 nunchuks avec vos amis, vous pourrez vous défouler comme il n’est jamais possible dans les autres jeux de foot dans une ambiance de joyeux bordel. Mais à l’instar de ses collègues très (très) éloignés FIFA et PES, le jeu vous proposera un mode solo assez intéressant avec plusieurs coupes à remporter, en même temps que les arènes, les personnages et quelques bonus à débloquer. Un mode challenge permettra de rallonger un peu de la durée de vie en solo en vous faisant participer à des matchs avec un objectif précis à remplir : ne pas encaisser de but ou gagner malgré un handicap de quelques buts en début de match.

Maintenant que le tour de la maison a été fait de fond en comble et que le jeu ne peut (presque) plus rien vous cacher, voici ce que vous attendiez peut-être avec le plus d’impatience : l’avis du testeur. Un testeur satisfait pour tout vous dire. Grand amateur de jeux de foot, j’ai avec surprise réussi à trouver quelques repères et réflexes acquis avec ces jeux. Mais j’ai pu également remarquer que des débutants dans ce style de jeu ne mettaient pas plus d’une partie pour se familiariser avec les commandes. Il faut dire qu’elles ont été bien pensées, la reconnaissance de mouvements étant limitée à un secouage de nunchuk pour changer l’ordre des objets et de wiimote pour tacler. Le principal défaut que j’ai pu trouver est la difficulté à trouver la balle quelques fois, lorsqu’elle est cachée par un morceau de décor, et celle de voir quel joueur on contrôle lorsque celui-ci se trouve en dehors de l’écran, les indications n’étant pas toujours visibles. En mode solo, le niveau de difficulté a été bien géré et permet vraiment de progresser. Graphiquement, Mario Strikers Charged Football a un beau rendu : ça fourmille d’animations un peu partout. L’effet de ralenti avant une reprise de volée est ainsi particulièrement élégant. Le jeu a même réussi à donner plus de caractère aux personnages mignons et édulcorés de Nintendo, ce qui n’est pas un mal. Les musiques à tendance rock et quelques peu épiques contribuent à donner une bonne ambiance. J’ai particulièrement accroché à la cinématique d’entrée sur le terrain de Bowser Jr. qui lui donne un air vraiment trop classe. On pourra néanmoins regretter les cinématiques des méga-frappes qui hachent un peu le jeu je trouve.

Mario Strikers Charged Football est donc une bonne pioche pour la Wii qui avait besoin de jeux de ce calibre. Intéressant en solo mais prenant sa pleine mesure en multi, ce jeu promet de bonnes parties entres amis sans tomber dans le, trop fréquent sur la console de Nintendo, mode multi composé uniquement de minis-jeux.

Les commentaires ne sont plus admis.