On ne présente plus Tetris. Mais bon, il me faut une intro alors je vais quand même le faire. Imaginé et programmé dans un contexte de guerre froide par le russe Alexei Pajitnov en 1985 (ce dernier ne touchera d’ailleurs pas un centime avant sa récupération des droits du jeu en 1996), le jeu de Tetriminos devient très vite un succès considérable tant il est prenant et totalement compulsif. Par la suite, il fut adapté sur toutes les plates-formes existantes, sans compter les jeux indépendants et mobiles. Il était donc logique de le voir un jour débarquer sur la console portable phénomène de Nintendo. Tetris DS est-il lassant ou innovateur ? Ressent-on de la nostalgie ou de nouvelles sensations en y jouant ? Pajitnov est-t-il un programmeur de génie ou un agent double jouant les intérêts de Washington à Moscou ? Telles sont les questions qui hanteront cette page de test.

C’est Nintendo eux même qui prennent les rênes du développement de ce nouvel opus. Ils en profitent pour apporter l’univers graphique et musical période 8 bits de leurs légendaires licences Mario, Zelda et Metroid…. C’est avec plaisir que l’on retrouve les vieux sprites qui ont bercés nos enfances : par exemple on pourra regarder Mario en train d’avancer dans les niveaux de ses opus Nes dans le mode Standard, dégomer des métroids dans le mode Attraper ou encore résoudre les puzzles du mode… Puzzle dans l’ambiance de Yoshi’s Cookie. Et même si certains scanderont au recyclage commercial, ce choix donne un cachet nostalgique plus que sympathique aux graphismes du jeu. Même constat pour les musiques, les compositions entre autres de Koji Kondo et de Hirokazu Tanaka remixées simplement mais proprement pour l’occasion sont une réelle surprise pour les oreilles, nonobstant que l’on retrouve aussi des remixes des musiques du Tetris original.

Là où Nintendo fait fort avec ce Tetris DS, c’est qu’au lieu de nous présenter encore et toujours le même traditionnel puzzle-game, ils nous ont concocté cinq variantes inédites du jeu original. Je vais donc faire un tour du propriétaire en vous présentant les six modes de jeu, ici et maintenant.

Le mode « Standard »

Ce mode est en fait le jeu original Tetris où il faut empiler avec talent les six différents Tetriminos pour créer 200 lignes, le niveau de difficulté augmentant toutes les dix lignes. Ce mode de jeu entraîne toujours autant de dépendance pour celui qui s’y essaye mais Nindendo a tout de même sû y ajouter quelques nouveautés modifiant la stratégie de ce classique, mais toujours aussi fun, mode de jeu. Premièrement, le joueur pourra visualiser les 6 pièces à venir. Cela permet donc de prévoir comment insérer ces Tetriminos ce qui ajoute un peu de stratégie. Deuxième petite nouveauté, on peut maintenant appuyer sur la gâchette R pour stocker une pièce. On abusera donc de la gachette très rapidement tant elle est utile une fois les niveaux 11/12 atteints. Revers de la médaille, ces deux ajouts diminuent de façon significative la difficulté du jeu. Mais heureusement, on pourra se rabattre sur les cinq autres modes.

Le mode « Attraper »

Ce mode est une sorte de Tetris à l’envers où l’on contrôle la position d’un « noyau » avec lequel il faut attraper les pièces qui tombent de l’écran supérieur de la DS. Le but est de former des carrés de 4 sur 4 qui se transforment alors en bombes servant à anéantir les ennemis qui descendent avec les Tetriminos. La subtilité de ce mode est que l’on ne peut pas tourner les pièces mais seulement l’amas que l’on formera avec ces dernières. C’est donc de tous nouveaux réflexes et stratégies qu’il faut mettre en place pour venir à bout des 5 niveaux de difficultés. Ce mode apporte dépaysement et fraîcheur à un jeu vieux comme le monde (ou presque) et comme on va le voir par la suite, ce n’est pas le seul.

Le mode « Mission »

Un des modes que j’affectionne le plus. Il s’agit en apparence du même mode que le mode standard, avec les mêmes ajouts. Mais si l’on regarde bien l’écran supérieur de la DS, on pourra y voir un petit texte illustré d’une petite animation. En effet, au lieu de faire bêtement des lignes les une après les autres, pour progresser dans ce mode il faudra effectuer de petites missions du genre utiliser telle ou telle pièce pour faire une ligne ou réaliser 3 lignes à la fois. Si vous réussissez la mission dans les temps impartis, 4 lignes disparaissent, et par opposition si vous échouez lamentablement, 5 lignes pousseront pour votre plus grand malheur. Le tout dans l’univers de The legend of Zelda premier du nom, ce mode est encore une alternative pertinente qui vous offrira en prime un peu plus de difficulté et donnera ses lettres de noblesse à l’option de stockage.

Le mode « Puzzle »

Il est temps de faire réellement fonctionner vos méninges. Le mode puzzle met à votre disposition 200 casses-têtes qui, à défaut de vraiment vous faire réfléchir pour les résoudre, vous demandera un temps certain pour tous les finir. Ce mode consiste à vider l’écran avec les Tetriminos que l’on vous propose (de 2 à 5 en fonction de la difficulté). Vous devez choisir l’ordre et le sens des pièces, au stylet si vous le souhaitez pour effacer toute les lignes. Passionnant au début, on se rendra vite compte que l’on progresse plus vite par tâtonnements hasardeux que par véritables connections de nos synapses. Ce mode reste tout de même sympathique et idéal pour de courts trajets en bus ou en tramway.

Le mode « Toucher »

Mode 100% tactile, il consiste à tirer, pousser et retourner à l’aide du stylet les blocs dans les espaces vides pour créer des lignes et venir à bout d’une monstrueuse pile de Tetriminos ou résoudre plusieurs petites missions à l’image du mode Puzzle. La maniabilité bien pensée et adaptée au hardware de la Nintendo DS font de ce mode une bonne surprise dans un soft où pour l’instant le tactile n’était qu’optionnel dans le mode Puzzle. Malheureusement, comme ce dernier, on progressera le plus souvent dans le flou total que par réelle réflexion. Le principe amusera beaucoup au début mais ce mode étant très limité stratégiquement, il semble être, malgré sa maniabilité originale, la variante la moins passionnante du jeu.

Le mode « Pousser »

Dans ce mode on doit littéralement pousser son adversaire dans ses derniers retranchements. Les deux adversaires jouent dans le même cadre opposé l’un à l’autre et doivent faire plusieurs lignes à la fois pour pousser les blocs. On gagne si l’on pousse l’adversaire tout en bas et on perd si l’on se retrouve tout en haut. Ce mode propose 5 niveaux de difficulté et demande une bonne stratégie pour pouvoir enchaîner les Tetris. Il prend toute son ampleur en mode multijoueur dont je vais vous écrire quelques lignes tout de suite.

En plus d’un mode solo très complet dont je viens de vous parler, Tetris DS possède dans ses manches un atout de poids : un mode multijoueur à la hauteur de nos espérances les plus folles. Jouable à 8 en réseau local avec une seule cartouche, il permet de s’adonner à trois des modes de jeux présentés plus haut qui sont le mode Standard, le mode Mission et le mode Pousser. On notera dans le mode Standard et Mission l’ajout d’objets de la trempe de ceux de Mario-Kart servant à embêter nos adversaires. Le jeu est aussi jouable sur Internet jusqu’à 4 joueurs via le Nintendo Wifi-connection.

Tetris DS est donc le jeu idéal du voyageur nostalgique, ou pas, de la référence réflexion qu’est Tetris. Parfaitement adapté à la DS grâce à son ambiance graphique et sonore tout droit sortie des cartons de Nintendo et de son mode de jeu tactile, Tetris DS est une bonne surprise et se place en challenger du meilleur jeu de réflexion à coté de ses confrères plus récents Meteos, Polarium ou Picross. Complet et varié grâce à ses nombreux modes de jeux et son mode multijoueur, il ne pèche que par son manque de difficulté. Et on pourrait aussi lui reprocher de ne pas contenir le Tetris original.

Les commentaires ne sont plus admis.