Youpi, le J-Truc a un an ! C’est l’occasion d’organiser une petite fiesta entre gens funs (et entre gens bons), et quoi de mieux pour chauffer le dancefloor que le générique qui a secoué récemment toute la communauté otaku grâce à sa musique et sa chorégraphie mythique : j’ai nommé « Motteke ! Sailor Fuku », l’opening de Lucky Star. Mais comme c’est jour de fête, on va sortir pour l’occasion l’album de remixes nommé sobrement : « Motteke ! Sailor Fuku Re-Mix 001 » qui contient pas moins de 7 remixes de ce petit bijou pour notre plus grand plaisir. Alors vous êtes prêts ? C’est parti !
SAILOR FUKUU DAKARA DEEEESU KETSURONNNNNNN !

Choushi Koite Gyokusai Mix
On commence avec un remix plutôt éloigné de l’original. Il ne reprend que des bouts de phrases enchainés et remixés sur un beat rapide et une mélodie minimaliste. Les percussions ont donc la part belle, et il y a peu de changements au cours de la chanson, sauf au niveau des voix. Devenant vite saoulant, il lance de plus le cd sur de mauvaises bases ! Damnation !

Metabo Taisuku Mix
Ah là ça devient plus intéressant. Voici un remix façon eurodance somme toute assez classique, mais qui marche plutôt bien sur cette chanson. La mélodie est donc accélérée d’un bon cran, et se voit agrémentée d’une bonne grosse louche de synthétiseurs typique du genre. On se voit tout à fait faire une petite partie de Dance Dance Revolution sur cette musique très joyeuse et reprenant la ligne de chant quasiment inchangée de l’original.

Naka no Hito on the Floor Mix
On se repose un instant avec ce remix beaucoup plus lent, malgré une percussion là encore prononcée. Celui-ci est assez étrange, il reprend le refrain en boucle, mais de manière plus posée et qui donne envie de remuer sereinement la tête. Sympathique malgré le fait qu’on soit là encore très loin de l’original, bien qu’un brin répétitif et long sur la fin.

Undakada ~ Kyou no Yabou
Bon alors là le remixeur a fumé un joli pet (ndlr : la drogue, c’est mal) avant de composer son oeuvre. La mélodie et les percussions changent toutes les 10 secondes, les voix sont passées à la hache, découpées et transformées, ce qui donne un joli bordel qui finit par donner mal à la tête. Mention spécial au break vocal complètement taré (harette horette hirenraaaaaaaaaa). J’ai du mal à voir où en voulait venir l’auteur, on dirait plutôt un collage de courtes séquences vocales enchainées les unes après les autres en changeant le fond de temps en temps. Bref, un manque de ligne directrice évident.

Glucosa Mix
Euh… celui là c’est pas vraiment un remix. Plutôt une espèce de musique instrumentale qui ne ferait pas tâche sur un film muet des années 30, en y ajoutant par dessus les monologues des quatre filles qui constituent le break musical dans l’opening original (vous savez, le plan où l’on voit leurs jambes et où elles parlent toutes en même temps). C’est rigolo 30 secondes mais pas plus. Vite suivant !

Matsuri Mix
Ah, on touche au gros du CD. Ce remix maxi fun a un guest star spécial au chant. Il s’agit de Minoru Shiraishi du Lucky Channel, qui vient s’incruster par dessus les voix originales pour chanter sa propre version avec les filles. S’il a parfois du mal à chanter les aigus, il met toujours plein de bonne volonté et quand on connait le personnage on ne peut s’empêcher de rire. Tout cela bien sûr en rajoutant un peu partout des petits cris ou des phrases super pertinentes dans le contexte (lucky channeluuuuuuuu !). Quant à la musique, c’est une version qui reprend la structure de l’originale, mais en ajoutant plus d’instruments, plus de basse, plus de batterie, un break plus long, bref elle est plus mieux ! Et super drôle par dessus le marché. La perle de l’album.

Seishun Orz Mix
Quoi c’est déjà la dernière !? Heureusement on finit sur une bonne note, le dernier remix démarre sur une partie assez dynamique, très rythmée et reprenant des petits extraits du chant. Puis à la moitié, on change complètement de registre pour reprendre jusqu’à la fin la mélodie du refrain de façon assez calme et posée. Surprenant, mais très réussi au final. Une bien belle façon de conclure.

Wouh c’était fun ! On s’est un peu emmerdé sur la 1, la 4 et la 5, mais on s’est bien éclaté sur la 2 en refaisant la chorégraphie, on a chanté comme des niais avec Shiraishi sur la 6, et on était tristes à la fin de la 7 que le cd soit déjà fini. Inégal, mais quelques excellentes pistes qui valent l’investissement. A réserver toutefois seulement aux fans du générique de Lucky Star, cela va de soi. Et parce que c’est la fête aujourd’hui, voici en cadeau exclusif pour vous fidèles du J-Truc, la vidéo de la GSK-Team faisant la mythique chorégraphie de Hare Hare Yukai !

Ah, on me signale qu’elle est encore en cours de montage. Apparemment on est en train de virer de l’écran tous ceux qui dansent trop mal. Rendez-vous donc en octobre 2010 pour cette vidéo qui j’en ai bien peur, ne montrera au final… qu’un mur.

Les commentaires ne sont plus admis.