Le hérisson bleu a perdu de sa superbe ces derniers temps, en particulier avec l’opus Playstation 3 et X-Box 360. Heureusement Sonic Rush Adventure ravive notre flamme de Segafanboy grâce à un gameplay 2D poussé à son paroxysme avec un enrobage de plus en plus touffu et intéressant.

Dans Sonic Rush Adventure, on peut lire Sonic Rush. Et Sonic Rush Adventure en reprend le gameplay quasi-parfait dans des niveaux super classes où l’on va à cent à l’heure. Je rappelle le principe : plutôt que de la plate-forme pure et dure avec une nécessité de grande précision comme dans un Mario, la jouabilité privilégie les réflexes. En effet les niveaux alignent rampes, descentes abruptes, loopings et sauts, avec des pièges et des ennemis à éviter. Comme dans Sonic Rush, on peut appuyer sur R plus une direction pendant un saut pour permettre soit de prolonger le saut, de sauter plus haut ou de détruire un ennemi, cela s’inscrit parfaitement dans ce gameplay qui donne la part belle aux réflexes. Nombre de ces niveaux sont agrémentés de mini-jeux qui permettent de briser la monotonie. Cependant les détracteurs de Sonic trouveront toujours à dire qu’il suffit d’appuyer sur la touche avancer durant tout le niveau, et il est parfois bien difficile de leur donner tort. Reprenant encore une fois le concept de Sonic Rush, les boss sont en 3D et demandent tous des techniques différentes.

Mais me direz-vous dans Sonic Rush Adventure, il y a également Adventure (quel sens de l’observation !). Et en effet cet aspect se dévoile en dehors des niveaux proprement dits. Déjà le monde prend place au milieu d’un océan où chaque île représente un niveau. A partir de la première île qui fera office de point de ralliement, il est alors possible d’aller explorer les mers à la recherche d’îles, ce qui rajoute un peu de liberté franchement bienvenue. Pour aller explorer les mers, Sonic aura à sa disposition jusqu’à quatre moyens de transports maritimes : un scooter, un bateau, un aéroglisseur et un sous-marin. Chacun de ces moyens de transports introduit un mini-jeu à jouer au stylet qui encore une fois casse la monotonie. Mais ces moyens de transports ne vont pas se construire tous seuls ! Il faudra pour les construire récolter des matériaux qui se trouvent en finissant les niveaux. Et plus le score est élevé, plus le nombre de matériaux gagnés est important. Enfin ! J’ai envie de dire enfin ! Enfin un système qui donne une bonne motivation pour refaire les niveaux et augmenter son score ! En plus de tout ça, il y a également des missions à remplir (finir un niveau en moins de 2 min, collecter 100 anneaux en moins de 1 min etc…), bien que les récompenses soient rarement intéressantes, cela ajoute encore à la durée de vie.

Un mode multijoueur est également présent et propose de défier ses amis dans des courses ou bien pour récolter des rings. Bien qu’assez fun, il révèle assez vite ses limites. Mais c’est tout de même sympa de la part de la Sonic Team d’y avoir pensé.

Enfin parlons du gros point noir du jeu : l’histoire. Cette fois-ci encore le scénario atteint des sommets de niaiserie. Sonic et Tails sont pris dans une tempête qui les emmène dans le monde de Blaze. Ils rencontrent tout d’abord Marine alors qu’ils sont échoués sur une plage (référence à Link’s Awakening me souffle khyos, ça n’en reste pas moins pitoyable). En gros et on s’en rend compte très vite et ce durant toute l’histoire : Marine est une vraie PISSEUSE !! Elle ne rate pas une occasion pour rendre le scénario ridicule et pitoyable en plus d’être cliché, alors qu’il aurait pu être simplement cliché. De plus la mise en scène des dialogues avec juste l’affichage des persos en haut de face les uns à coté des autres les rend particulièrement lourdes et inintéressantes. Bon alors l’histoire est pourrave mais d’une part on s’en fout, d’autre part le design de Sonic est toujours sympa, servi par des graphismes honorables et assez funs.

Bref, Sonic Rush Adventure reprend tout ce que l’on aime dans les anciens Sonic : une action à 100 à l’heure et un design fun. Tout cela en rajoutant un coté « Adventure » très plaisant qui permet de varier les plaisirs, de rejouer les niveaux avec plus de motivation, de rallonger la durée de vie et de donner un peu plus de liberté qu’à l’accoutumée. Un incontournable pour les inconditionnels du hérisson bleu ! Les autres ne seront toujours pas convaincus (et c’est assumé), ce qui justifie ma note.

Les commentaires ne sont plus admis.