Alors que la série des Castlevania s’est scindée ces temps-ci en opus 2D de qualité mais qui n’évoluent guère, et des opus 3D de qualité moyenne, Konami nous propose un remake d’un opus 2D en 3D, tout en gardant le gameplay 2D. Premier Castlevania sur PSP également, The Dracula X Chronicle est le remake de Rondo Of Blood, l’épisode sorti sur PC Engine, qui est considéré comme un des meilleurs de la série avec bien sûr Symphony Of The Night. Autant dire que cet opus était attendu avec impatience.

L’histoire prend place en 1792, comme tout le monde le sait Dracula n’est censé réapparaitre que tous les cent ans mais c’est rarement le cas. Cette fois-ci c’est Shaft qui a réscussité Dracula et Annette, la Fiancée de Richter Belmont a été capturée. En tant que descendant de la famille Belmont vous devez donc tuer Dracula et sauver Annette si possible. Comme d’hab quoi.

Ce remake déstabilisera sûrement une grande partie des fans, surtout ceux qui connaissent la série depuis la Playstation et la révolution Symphony Of The Night. En effet, avant de laisser le joueur libre dans le château de Dracula, avec moult pièces à explorer, objets à récolter, ainsi qu’un fort aspect RPG avec passage de niveau et apprentissage de magies et compétences, la série des Castlevania était une série de jeux d’action. On se retrouve ainsi à enchaîner des stages assez linéaires, avec un peu de plate forme et surtout beaucoup de combats. Donc exit le côté exploration ainsi que le côté RPG. On se retrouve tout de même avec tout ce qui a fait la force des anciens Castlevania : les ennemis et boss sont très variés et demandent tous une technique différente, le gameplay est très nerveux et précis et la difficulté est évidemment très élevée. Cette difficulté élevée rebutera surement les joueurs habitués aux nouveaux Castlevania mais charmera les anciens joueurs. Il faudra en effet refaire de nombreuses fois le même niveau pour réussir à en déjouer tous les pièges, et pour ceux qui trouveraient ça trop facile, il est également possible de jouer uniquement pour obtenir le meilleur score possible.

Comme je l’ai dit, le gameplay est très bon : en effet il est très simple mais aussi très technique. On saute et on frappe au fouet, et comme dans tous les Castlevania, on peut s’équiper d’une arme secondaire. L’utilisation de l’arme secondaire consomme des cœurs que l’on trouve un peu partout, on peut l’utiliser de façon normale et consommer peu de cœurs ou alors lancer une super attaque gourmande en cœur. Ces armes secondaires sont au nombre de 5 : le couteau, la bouteille d’eau bénite, la croix, la hache et l’horloge qui ralentit le temps. Et avec les deux niveaux d’utilisations, on dispose déjà d’une bonne variété d’armes pour détruire les forces du mal.

Pour attaquer avec l’arme secondaire, il faut appuyer sur haut plus attaque. Oui vous avez bien lu, il faut faire une combinaison de touches alors que toutes les touches de la PSP ne sont pas utilisées !! Et là je pousse mon petit coup de gueule : alors que ça fait longtemps que l’on a plus besoin de faire ce genre de combinaison, Konami nous remet à chaque fois le même truc pour utiliser les armes secondaires, c’est affligeant. Alors on peut dire à leur décharge que les fans sont habitués à ça. Oh oui on est habitué, la preuve : à chaque fois que je joue à un Castlevania je me dis « c’est comment déjà pour lancer les couteaux ? Ah oui c’est cette combinaison de merde ». Alors ok dans Symphony of The Night toutes les touches sont utilisées et sur les opus GBA aussi, mais c’est pas une raison pour faire toujours comme ça, une touche pour chaque action serait quand même plus pratique. C’est gênant surtout dans The Dracula X Chronicle, car le jeu est rempli d’escaliers et il faut appuyer sur haut pour les emprunter. Pire : il faut appuyer sur haut quand on saute sur un escalier sinon Richter ne trouve rien de mieux que passer au travers. Pas évident la première fois. On peut également effectuer une esquive en appuyant de nouveau sur la touche de saut en plein saut. C’est pas mal mais pas très pratique, on aurait préféré une esquive sous forme de dash comme dans Symphony of The Night. Voilà je suis pointilleux sur le gameplay qui est quand même très bon et un très bon argument pour acheter le jeu. A noter que l’on pourra également jouer Maria, qui elle a des animaux comme armes secondaires, plus puissants mais plus couteux en cœurs, elle dispose d’un double saut qui permettra de varier de Richter.

De plus, Castlevania : The Dracula X Chronicle n’est pas une bête succession de niveaux, beaucoup d’entre eux offrent plusieurs chemins qui mènent à des niveaux différents. Et qui plus est, le jeu regorge de secrets. Tout cela nous motive à refaire de nombreuses fois les niveaux, ce qui est agréable et augmente sa durée de vie. Ces secrets serviront à débloquer la vraie fin du jeu, ainsi que Maria en personnage jouable. On pourra aussi gagner des morceaux de musiques à écouter dans le sound test, mais aussi et surtout débloquer les jeux originaux Rondo Of Blood et Symphony Of The Night ! Ce dernier pourrait justifier l’achat de The Dracula X Chronicle à lui tout seul, à noter que c’est la version sortie sur Saturn, qui permet donc d’incarner Maria et Richter. Ce jeu est une merveille, le meilleur opus de la série sans conteste, c’est pourquoi je n’en ferai pas un « test express » ici, mais plutôt un vrai test par la suite.

L’original Rondo Of Blood m’a permis de voir les ajouts du remake. Au niveau du gameplay rien à dire, c’est du bête copié collé, le gameplay du jeu original était déjà excellent, The Dracula X Chronicle l’est tout autant. Côté histoire c’est également exactement la même, un peu niaise comme l’originale, les scènes ont tout de même été rejouées, ce qui n’est pas un mal. On notera en particulier la scène finale entre Dracula et Richter que l’on se délectera de revoir et qui est devenue mythique grâce à Symphony Of The Night (SOTN commence par un Flash Back de Rondo Of Blood).

Niveau charac design, tout à été redesigné par la magnifique Ayami Kojima pour un résultat parfait. Richter Belmont ressemblait vraiment plus à un perso de Street Fighter qu’à un Belmont. Parlons ensuite du passage de ce mythe 2D en 3D, on ne peut pas dire que ce choix soit particulièrement judicieux, bien qu’il justifie l’existence du remake. En effet d’une part la 3D est beaucoup moins attachante, mais en plus elle n’est pas particulièrement réussie. Quand on regarde par exemple MGS Portable Ops de Konami également, c’est sans commune mesure. Les décors sont assez beaux, mais les modèles et les textures des personnages sont très sommaires. Les séquences qui mettent en scène l’arrivée des boss sont louables, mais mettent en évidence la pauvreté des textures. Le passage sur PSP signifie également le passage au 16/9eme, celui-ci est bienvenu car il permet de repérer les ennemis de plus loin, et à ce sujet il est décevant de voir que Castlevania : Symphony Of The Night n’a pas subit le même traitement.

Au niveau des musiques par contre c’est la panacée, elles ont toutes été remixées et sont magnifiques. Je pense par exemple à la musique des boss, qui était belle mais molle dans Rondo Of Blood, qui devient pêchue et grandiloquente dans The Dracula X Chronicle.

Le fait qu’il y ait l’original de Rondo Of Blood est bienvenu mais met encore plus en évidence la question : « un remake était-il bien nécessaire ?». A vous de juger.

En résumé, Castlevania : The Dracula X Chronicle est un très bon jeu d’action, très riche et très prenant. Hélas il date du temps où les Castlevania n’avaient pas ce côté exploration qui a rendu la série mythique. Ceux qui recherchent un challenge de taille pourront y jouer avec plaisir, mais ceux qui sont fans depuis Symphony Of The Night passeront leur chemin, ou alors pour rejouer à Symphony Of The Night justement. Curieux choix de la part de Konami de faire un remake de cet épisode en particulier, les possesseurs de la PSP se sentiront bien délaissés alors que la DS bénéficie de nombreux Castlevania de qualité.

Les commentaires ne sont plus admis.