Ahhh les jeux musicaux… Un genre à part qui de tout temps s’est vu accompagné d’accessoires plus loufoques les uns que les autres comme des tapis de danse, des maracas ou encore des guitares en plastique. Elite Beat Agents ne fait pas exception et propose lui aussi un gameplay qui n’utilise ni les boutons A et B ni la croix directionnelle. Sauf qu’au lieu d’un accessoire supplémentaire, c’est tout simplement l’écran tactile et le stylet qui seront mis à contribution !

Le principe est simple : comme tout bon jeu musical qui se respecte, vous devez être attentif à la musique et reproduire des séquences qui s’affichent à l’écran tout étant synchronisé avec le son. Ici, tout se joue au stylet, des petits disques apparaissent avec chacun un numéro dans son centre et vous devrez appuyer d’un coup léger et habile sur les disques dans l’ordre indiqué au moment où le cercle qui l’entoure vous le signalera. Simple non ? En plus de cela apparaitront de temps à autre des sortes de couloirs où il faudra suivre une boule d’un bout à l’autre avec le stylet, ou encore une roulette à faire tourner en dessinant des ronds le plus rapidement possible sur l’écran. Le concept est très intuitif et simple à jouer, et la difficulté très bien dosée. Ceux qui n’ont jamais joué à un jeu musical de leur vie débuteront avec le mode facile, qui porte bien son nom. Les vétérans du genre passeront directement au mode normal, qui leur donnera du fil à retordre sur les dernières chansons. Et pour ceux qui en veulent encore, il reste le mode difficile (déblocable en finissant le mode normal), qui ne laissera pas le droit à la moindre erreur et qui nécessitera de connaître la chanson sur le bout des doigts.

Car oui, Elite Beat propose un challenge plutôt corsé pour qui voudra le compléter à 100%. Pour réussir à finir les stages les plus compliqués, il faudra recommencer et recommencer encore la chanson jusqu’à ce qu’on finisse par connaître quasiment par cœur les enchaînements. D’autant que ces séquences de cercles peuvent suivre la mélodie principale comme la batterie ou encore la ligne de basse, ce qui fait que vous ne pourrez pas savoir à l’avance la séquence à reproduire et favorise d’autant plus le par cœur. En outre, l’écran tactile est plus précis que jamais et il sera quasiment impossible de le gruger en appuyant vaguement sur les cercles. La précision sera donc plus que jamais de mise.

Le jeu contient une vingtaine de chansons au total et il y en a pour tous les goûts. Des Rolling Stones à Jamiroquai en passant par Hoobastank ou David Bowie, chacun est sûr d’y trouver chaussure à son pied. Oh il y aura toujours des râleurs qui pesteront sur la sélection à coup de « beuhhhhhh c’est nul Avril Lavigne ! » ou autre « rohhh YMCA cte vieille daube ! », mais une fois lancé il n’est plus question de goût mais de survie jusqu’au bout de la chanson ! On passe alors en mode « à fond dedans » et on hoche la tête et on fredonne du Good Charlotte alors qu’on ne supporte pas ce groupe autrement (oui, c’est du vécu). Petit bémol toutefois, les voix ne sont pas faites par les chanteurs d’origines (question de droits je suppose), mais par des remplaçants qui tentent de coller au style des originaux avec plus ou moins de succès. Heureusement ceci est composé par une qualité impressionnante au niveau du son. A défaut d’avoir les vraies voix, les instrumentations sont fidèles et à peine retouchées par le passage au chipset sonore de la DS.

Elite Beat Agents est donc une réussite, à la fois simple et prenant dans son concept, il propose de plus un challenge à la hauteur pour qui voudra s’y plonger. Son défaut principal sera finalement qu’arrivé au bout, on voudrait toujours plus de musiques qu’une vingtaine pour prolonger le plaisir. A ceux qui se trouvent dans ce cas, je leur conseillerai de se tourner vers l’import et de se procurer Oendan et Oendan 2, les jeux dont Elite Beat n’est que l’adaptation pour nous occidentaux, et qui proposent des chansons différentes. Et en plus il y a du Orange Range dans chacun de ces deux jeux, autant dire que ça ne se refuse pas.

Les commentaires ne sont plus admis.