Qui roxx peut-être, mais quand même totalement à la bourre. Voici donc une vraie excuse valable : en fait nous avions enregistré un joli podcast sur ce thème en début de mois, mais une mauvaise surprise nous attendait quand nous nous sommes aperçus que l’enregistrement contenait des bruits parasites qui rendent l’écoute super énervante. Notre déontologie nous interdisant de sortir des podcasts de cette qualité, nous nous sommes donc résolus à faire un bilan par écrit. Du coup au lieu d’une synthèse commune, vous aurez droit à deux récaps séparées, avec des avis particulièrement différents. Voici donc la mienne, rédigée sur le coup d’un léger énervement de devoir tout réécrire après s’être échiné à faire un podcast, d’où le ton assez acerbe et cassant. Boh, ça compensera avec celui de khyos qui est trop bisounours…

Bilan de Kirox

Série de l’année : Xam’d : Lost Memories

Sans surprise étant donné que je suis très très fan d’Eureka Seven et qu’on y retrouve pas mal de similitudes, scénaristiques comme graphiques. Une histoire intéressante et mature, et un cast de personnages fort sympathique, et en plus ça explose la rétine graphiquement à chaque épisode tellement c’est beau.

Les bonnes séries :

Clannad : Que du bonheur aussi ou presque. J’ai déjà écrit un article sur le sujet, alors je ne m’étendrai pas plus.

Nijuu Mensou no Musume/The Daughter of Twenty Faces : Malgré un scénario faiblissant sur la fin, ce fut un vrai plaisir de suivre les aventures de la très attachante Chiko.

Zettai Karen Children : Une série comédie/action qui aura su rester fidèle à elle-même avec son humour débile blindé de références, qui fait souvent qu’on aime ou qu’on déteste. Moi j’aime.

Les séries sympa sans plus :

The Tower of Druaga : Mi-comique, mi-sérieux. Les épisodes comiques parodies de clichés du RPG sont vraiment excellents, les autres moins excepté la fin qui remonte un peu le niveau. Enfin bon, pour une fois que Gonzo fait une série sympa, on va pas être trop méchant.

Kimikiss pure rouge : Une adaptation de visual-novel assez classique et sans grande ambition, malgré des personnages assez sympathiques. Article plus détaillé par ici.

Soul Eater : Un shonen lambda au possible, d’où mon incompréhension quand on essaye de nous le présenter comme original pour le genre. Ah c’est sûr c’était vachement original de piquer des éléments à D. Gray Man, Eremental Gerad, Naruto et Bleach, et de mixer tout ça pour en faire un manga. Heureusement comme je suis un gros consommateur de shonens, j’ai persévéré et j’ai bien fait puisque j’ai commencé à trouver la série sympathique passé la vingtaine d’épisodes.

Slayers Revolution : Un revival plutôt correct, tout à fait dans l’esprit des deux premières saisons. Et puis ça fait toujours plaisir de revoir Lina Inverse au meilleur de sa forme. Cette saison a apparemment été assez décriée par les fans de la première heure. Pourtant si l’on n’atteint certes pas les sommets de drôlerie de Slayers Next, on se situe tout de même largement au dessus de Slayers Try.

Malgré leurs gros défauts, j’ai tout de même apprécié Macross Frontier (merci l’ost) et Code Geass R2 (merci Lelouch), mais je n’ai pas pû m’empêcher de les citer dans la rubrique suivante (parce que c’est plus drôle).

Les FAIL : (attention ça va trancher)

Shigofumi : Les trois premiers épisodes sont géniaux, après ça c’est la dégringolade scénaristique vers le néant, au point que ça en devient vraiment très mauvais sur la fin. Dommage.

Kannagi : Deux épisodes drôles noyés dans une abondance de clichés puant le harem-manga niaiseux.

True Tears : Une adaptation de visual-novel lambda au possible, d’où mon incompréhension quand on essaye de nous le présenter comme original pour le genre. Ah c’est sûr; c’était révolutionnaire une histoire autour d’un boulet qui n’a aucune qualité et qui pourtant fait craquer à la fois son amie d’enfance, celle qui vit avec lui, et une fille qu’il a rencontré totalement par hasard.

Shakugan no Shana II : La moitié de la série gaspillée sur de la vie scolaire et des triangles amoureux inintéressants au possible et qui ne progressent pas d’un pouce, l’autre moitié sur des combats qui promettent toujours, mais qui se révèlent peu intéressants.

Mahou Tsukai ni Taisetsu na Koto Natsu no Sora : Jolis décors, dommage qu’il ne se passe rien pendant 12 épisodes.

Macross Frontier : Parti de très haut et plein de promesses pour finalement se vautrer et se complaire dans les épisodes chiants et inutiles. D’ailleurs j’ai aussi fait une critique plus détaillée.

Code Geass R2 : Le début était dans l’esprit de la saison 1, mais alors dès qu’on est sorti du territoire japonais, je n’ai absolument plus rien compris à ce qu’il se passait. Avec en point culminant le désormais culte épisode 21 et sa révélation scénaristique aussi improbable que risible (et avec un Charles-missile en bonus). Heureusement que la fin rattrape un peu tout et fait oublier les mauvais moments.

Les OAV et films :

Evangelion 1.0 You are (not) alone : Magnifique refonte graphique, qui magnifie les aspects les plus intéressants de la série pour moi, à savoir les combats. Et voir Shinji dormir dans un carton, ça n’a pas de prix.

Lucky Star : Sympathique mais pas indispensable. J’avais un meilleur souvenir de la série.

Negima Tsubasa Ala Alba : Fidèle au manga, très bien réalisé, et sans débilité habituelle que le studio Shaft a l’habitude de distiller sur ses séries.

Prince of Tennis : National Tournament Finals : Depuis le format en OAV de l’adaptation de ce manga terminé cette année, on est passé au rythme d’un match par épisode, ce qui donne vraiment une impression de précipité. M’enfin bon, comme les matchs sont pourraves depuis le début du tournoi national…

Kimi ga Nozomu Eien Next Season : Bof. Haruka est moins intéressante, et puis on a l’impression qu’il ne se passe rien. Très dispensable.

Mai Otome O.Sifr : Je n’ai rien compris du tout au scénario. C’est ça aussi de mettre 4 ou 5 mois entre chaque épisode, et puis j’ai pas le temps ni l’envie de revoir les précédents à chaque fois. Tant pis, de toute façon ça n’avait pas l’air bien palpitant.

Dragon Ball : Salut ! Sangoku et ses amis sont de retour ! : N’a d’interêt que pour les fans nostalgiques de la série qui sauront faire abstraction du scénario inexistant pour voir leurs héros préférés animés de nouveaux après 10 ans.

One Piece Romance Dawn Story : De même, une curiosité qui n’a d’interêt que pour les fans hardcore du manga qui n’auraient pas lu le one-shot de base dont il est adapté.

Baccano ! : Comme avec la série, je n’ai que vagument compris ce qu’il se passait, mais c’était bien rigolo.

Les arrêtés prématurément : (avec de vrais morceaux de mauvaise foi)

Spice and Wolf : Une fille à poil pendant tout le premier épisode + du blabla sur le métier de marchand dans le deuxième = deux bonnes raisons d’arrêter.

Hyakko : C’est moche. Et pas très drôle, ce qui est embêtant pour une série comique.

Rosario + Vampire : Encore plus nul que le manga dont il est adapté. C’était pas évident à réaliser, reconnaissons la performance.

Chi’s Sweet Home : Les aventures d’un chaton, ça va bien cinq minutes mais pas plus.

Kyouran Kazoku Nikki : Trop hyperénergétique et sous acide pour moi, le WTF à plein régime c’est pas vraiment mon style d’humour.

Kurogane no Linebarrels : Je pensais rire un peu devant la nullité affligeante, et bien non même pas. Et en prime un héros insupportable au bout d’un seul épisode, y’a du record dans l’air là.

Michiko to Hatchin : Je ne supporte pas le duo d’héroines, ainsi que l’ambiance pseudo-latino qui ressasse tous les clichés qu’on peut avoir sur ces pays.

Les séries en cours de diffusion :

One Outs : ou pourquoi le baseball, c’est aussi un sport psychologique. Le héros est machiavélique façon Hiruma dans Eyeshield 21, et c’est toujours un plaisir de le voir combattre ses adversaires à coup de stratégie, de bluffs, de contre bluffs et de contre-contre bluffs.

Skip Beat! : ou comment percer dans le monde impitoyale du showbiz quand on a à priori aucun talent, mais beaucoup de courage et de tripes. Handicapé par des graphismes et un chara-design d’un autre âge, la série se rattrape grâce à son sujet original, et son héroïne à la volonté qui crève l’écran.

Gundam 00 Second Season : Très bon début qui a fait oublié la fin un peu trop WTF de la saison 1, mais dernièrement ça commence à partir en vrille avec des power up invraisemblables. J’ai peur. Très peur.

Tales of the Abyss : Encore un Tales of vont dire certains. Certes, mais quand c’est bien réalisé, avec un scénario à rebondissements intéressants, et des personnages sympathiques quoiqu’un peu clichés, moi j’en redemande.

Shugo Chara Doki ! : 13 premiers épisodes, 13 fillers stupides. Ca commence bien.

To aru majutsu no Index : Quelqu’un pour m’expliquer pourquoi je m’inflige encore cette série au début prometteur, mais bourrée de dialogues longs et niaiseux qui viennent endormir le spectateur en plein milieu d’un combat ? En plus l’univers magico-technologico-psychique est totalement bancal et n’a de cohérence que quand les scénaristes le veulent bien. Et l’héroïne loli moe est insupportable. Mais je continue à regarder. Comme quoi, la vie est pleine de contradictions.

Et enfin la catégorie que vous attendiez tous :

L’album de l’année 2008 :

Steven Wilson – Insurgentes

comment ça je suis HS ?

Bon ok, alors une vraie catégorie inédite, vu qu’on a beaucoup de retard je peux me permettre de caser ça dans le bilan 2008 :

Les séries de 2009 : (ou tout du moins, les premiers épisodes)

Hajime no Ippo : New Challenger : Ca fait bien plaisir de retrouver ce bon vieux Ippo en anime. Bon, il ne nous avait pas trop manqué vu qu’il sort en manga chez nous depuis 2007, mais vu que l’adaptation animée est réussie et très fidèle, on ne va pas cracher dans la soupe…

Minami- ke Okaeri : On est plus proche de la médiocre saison 2 que de la sympathique saison 1. Dommage.

Sora wo Miageru Shoujo no Hitomi ni Utsuru Sekai : Intrigue assez classique pour l’instant, et le graphisme fait un peu daté, étant donné que Kyoto Animation a repris plan pour plan ses OAV datant de 2003. A voir sur la longueur.

Ride Back : Démarre plutôt très bien, malgré un synopsis qui peut faire très peur à base de danseuse étoile qui se met au pilotage de mecha et un chara design pas toujours très heureux. Pour le reste c’est du tout bon. La série de la saison ?

Mes attentes pour 2009 :

au Japon :

Eureka Seven le film : En tant que bon fanboy.

Trigun le film : Parce que je suis aussi un fanboy de Trigun.

One Piece 10eme film : Eiichiro Oda se charge lui-même du scénario, on peut donc espérer quelque chose qui reste dans l’esprit de la série, mais au format film.

Hayate no Gotoku saison 2 : La saison 1 était très sympa.

Evangelion 2.0 You can (not) advance : s’il sort en 2009, ça sera déjà une bonne surprise.

En France :

Les licenses que j’aimerais voir débarquer et que j’achéterai à coup sûr : Clannad et sa suite, Code geass saison 1 et Lucky Star. J’aimerais bien voir débarquer un jour aussi le coffret sur Vision d’Escaflowne que Dybex avait annoncé il y a maintenant quelques années, mais n’a cessé de repousser. Et enfin, ce serait cool de voir les suites de Crest of the Stars un jour en France, mais vu les très mauvaises ventes de la première série, ça va plus tenir du miracle que d’autre chose…

3 réponses à “Bilan Animes 2008 Qui Roxx”
  1. Trigun ?! FILM ?! 2009 ?! DO WANT ! °W° Le fanboyisme, c’est le bien ! \o/

  2. kyouray dit :

    « Spice and Wolf : Une fille à poil […] d’arrêter. »
    Trop gros comme troll, ça ne passera pas !
    Tu mates Zettai Karen Children et Index, quel gros pédo ce Kirox en fait.
    C’est dommage pour Michiko to Hatchin, le duo est pas si mal avec une gamine pas trop conne mais les disputes répétitives avec Michiko sont assez lourdes puis la « qualité » du personnage de Michiko est irrégulier. Néanmoins j’aime bien pour ma part.
    Pas tenté par Kara no Kyoukai ?

  3. Kirox dit :

    Le Vengeur Slippé > ça date un peu mais à priori c\’est toujours d\’actualité, en tout cas j\’espère : http://www.anime-days.com/index.php?option=com_content&task=view&id=487&Itemid=80

    kyouray > j\’avais prévenu pourtant qu\’il y aurait de la mauvaise foi :p
    Zettai Karen c\’est pas si pédo D: (Index par contre j\’avoue)
    Et Kara no Kyoukai ça me tente bien, mais comme ça sort au compte-gouttes je préfère attendre un peu.

  4.