Je me permet un petit rappel explicatif vu la nouvelle nature bloggesque du site. Dans cette rubrique musique je (ou tout autre membre de la team qui se sent une âme de mélomane) vais présenter des artistes musicaux japonais qui me semblent intéressants à faire connaître. L’ambition étant double, à la fois de faire partager au plus grand nombre les bons groupes dans la plus pure tradition du web 2.0, et pourquoi pas au passage faire comprendre à certains réticents que la j-music, c’est bien plus vaste que les groupes d’idols et de visual kei (oui je sais, mon article commence mal avec des liens pareils, mais ça va s’améliorer, promis).

Aujourd’hui au programme un artiste de musique électronique qui commence à se faire une jolie notoriété à l’international à force de remixer les artistes les plus en vogue actuellement. Shinichi Osawa n’a sorti qu’un album sous son propre nom (The One, en 2007), mais pourtant c’est loin d’être un débutant dans son domaine. Il officiait auparavant sous le pseudonyme de Mondo Grosso, à la base un groupe de musique plutôt orienté acid jazz/funk dans lequel il jouait en temps que bassiste. A la dissolution du groupe peu après leur premier album, notre ami Osawa a gardé le nom du groupe pour sortir ses propres productions, s’orientant petit à petit vers un son plus typé house. C’est en 2007 que s’opère le plus gros changement, l’artiste change de label pour passer chez Avex Trax, un des plus gros labels japonais (Ayumi Hamasaki, BoA, Kumi Koda, etc.), et en profite pour sortir son premier album sous son vrai nom. Un changement qui va de pair avec le son de ce nouvel album, beaucoup plus électro-house et reflétant ainsi la teneur de ses prestations live sous forme de dj-set.

theone

The One donc, est un excellent album dans la plus pure tradition de cette récente mouvance electro-house qui propose une sorte de compromis entre la musique électronique et le rock, avec plus d’utilisation de vrais instruments, et des prestations live plus proches d’un vrai live que d’un enchaînement de disques. Parmi les groupes représentatifs de cette tendance, citons en vrac Soulwax, Digitalism, Justice, Goose, Boys Noize, Van She, The Whip, et encore des centaines d’autres… C’est une grande famille ça de toute façon, la preuve ils se remixent tous. Osawa a remixé Digitalism, Van She a remixé Osawa, Soulwax et Boys Noize ont remixé Justice, et ça continue encore et encore… (non, Françis Cabrel n’a pas été remixé par l’un d’eux à ma connaissance). Et donc forcément, l’album a un son très occidental, et il est finalement assez peu emprunt de culture japonaise, à part sur deux titres : Our Song, le seul de l’album chanté en japonais, et Ami Nu Ku Tuu, qui clôt l’album en douceur et qui contient des instruments traditionnels.

Le reste, c’est du son sacrément puissant, avec de belles montées progressives qui explosent bien comme il faut et qui font secouer la tête avec plaisir. J’ai envie de dire que c’est presque un modèle du genre, tant des morceaux comme Electro411, Maximum Joy ou Last Days sont parfaitement calibrés pour faire exploser une piste de danse. D’ailleurs concernant ce dernier morceau, c’est l’occasion pour l’artiste de rendre un hommage à ceux qui l’ont fortement influencé, en effet Last Days contient un gros clin d’oeil au morceau Idealistic de Digitalism. En outre, le morceau qui débute l’album : Star Guitar, est une reprise du morceau du même nom des Chemical Brothers sur l’album Come with Us.

L’album a été suivi en 2008 par un album de remix nommé sobrement The One+, qui contient des versions arrangées de morceaux de The One par d’autres artistes. Personnellement rien ne m’a touché dans celui-ci, à part la version de Maximum Joy par Van She, mais je suis peut-être juste aveuglé par mon fanboyisme envers ce dernier groupe.

Vous l’avez compris, The One est une petite bombe, un de mes vrais coups de coeur parmi la vague électro-house que je suis pourtant assidûment. A noter que pour ses prestations live, le japonais ne se cantonne pas à son pays natal et nous fait le plaisir de venir en Europe de temps à autre, il est d’ailleurs passé récemment à Paris à l’Elysée Montmartre dans le cadre des soirées NME.

The One sur deezer

Répondre