Je ressors un article de mes placards que j’avais entamé à la sortie du concert, et que j’avais complètement oublié depuis… Je répare donc cet affront en le complétant et en le publiant… six mois après. Mais mieux vaut tard que méga tard, comme on dit.

Projet de Tommy Tallarico et Jack Wall, deux grosses pointures de la musique de jeu vidéo, le Video Games Live est une série de concerts joués par un orchestre symphonique reprenant des grands thèmes de musique de jeux vidéo. Hier soir Le 18 décembre dernier au Palais des Congrès à Paris se déroulait la première prestation de ce show en France (si l’on excepte le concert spécial Blizzard donné il y a quelques mois), et il va de soi qu’en tant que grands fans de musiques de JV (et proches de Paris) nous étions présents pour l’événement.

vgl01

Commençons par parler des à-côtés. Comme nous l’a précisé le showman de service Mr Tallarico, le principe n’est pas de mimer un concert symphonique classique où tout le monde doit rester silencieux pendant la musique, mais un véritable spectacle où les spectateurs ont droit de crier et d’applaudir à la moindre note ou image diffusée à l’écran qui leur rappellerait les souvenirs d’antan. Bonne initiative, de toute façon je suppose que vu le public, ça aurait été impossible d’empêcher cela. Quoique, c’est certes très communicatif et ça donne une ambiance bien conviviale, mais il y a des moments où les cris du public couvrent littéralement la musique et j’avais envie de crier bien fort « mais vos gueules bordel de merde ! ». Notamment pendant le medley FF au piano, où le temps que les fanboys finissent de hurler aux premières notes de FFVII ou FFX, le pianiste était déjà passé à une autre mélodie… Mais bon, le juste milieu entre le silence complet pour profiter de la musique, et les cris en délire qui couvrent les musiciens me paraît de toute façon impossible à atteindre dans ce genre de prestation.

Autre ajout sympathique qui donne de l’intéractivité au concert : les vidéos diffusées sur l’écran géant conjointement avec les morceaux. Ca fait toujours plaisir d’avoir quelque chose d’autre à regarder que les musiciens assis sur scène les yeux rivés sur leur partition, d’autant plus que ces musiques de jeux vidéo sont toujours associées dans le coeur du gamer à des passages précis du jeu vidéo duquel il provient, mêlant ainsi agréables souvenirs visuels et auditifs. Cet écran diffusait évidemment des passages du jeu vidéo pour lequel la musique était en train d’être jouée, toujours en bonne synchronisation. Carton rouge sur ce point à Square-Enix, qui décidément aime faire chier ses fans dévoués, puisqu’ils ont refusé que l’on diffuse des images tirées de leur jeux lors de cette série de concerts. Ce qui nous a valu à la place une série de fan arts, pas toujours du meilleur goût…

Quelques mots sur les interludes assurés par Tommy Tallarico, dans un anglais que curieusement la majorité de la salle semblait comprendre (public de gamers plus habitués à cette langue sans doute, ou alors ils faisaient semblant en regardant sur le voisin). L’homme est ma foi sympathique, communicatif et visiblement très passionné, ce qui rend ses interventions entre les morceaux toujours appréciables. Au départ d’ailleurs accompagné du malheureux Julien Tellouck de (feu) Game One, qui faisait office de traducteur mais n’est pas revenu par la suite, sans doute à cause des huées successives qu’il s’est pris. Quelques invités sont également venus sur scène, dont notamment Michel Ancel, créateur de Rayman et du très overhypé Beyond Good and Evil, qui avec son équipe, nous a offert une petite prestation semi-musicale qui avait l’air d’avoir été improvisée la veille en catastrophe… Mais bon, c’était sympa de le voir. Notons enfin au milieu du concert une performance d’un spectateur sur Guitar Hero : Aerosmith accompagné de l’orchestre (spectateur sélectionné grâce à un concours Guitar Hero qui a précédé le concert), qui a voulu voir grand en demandant à jouer son morceau en difficulté Hard, mais qui n’avait malheureusement pas prévu qu’avec l’écran géant rétroprojeté et toute la machinerie derrière, il y aurait quelques dixièmes de secondes de décalage entre l’image et le son…Des dixièmes qui sont forcément fatals sur un jeu musical de ce genre, ce qui lui a valu un joli game over.

C'est pas tiré du concert à Paris, mais j'avais pas amené mon appareil...

C'est pas tiré du concert à Paris, mais j'avais pas amené mon appareil...

Parlons un peu musique maintenant, car c’est quand même censé être un concert avant un spectacle. C’est l’orchestre local du Star Pop Orchestra accompagné d’une chorale qui jouait ce soir, la plupart des morceaux étaient généralement des medleys instrumentaux provenant d’un ou d’une saga de jeux vidéo. Des medleys assez convenus pour la plupart, avec des gros classiques que tout le monde connait (Mario, Sonic, Zelda…). Bref finalement, rien d’extraordinaire dans le monde des reprises de jeux vdéo jusqu’ici. Toutefois, quelques morceaux se démarquaient du lot, autant dans la sélection que dans l’exécution. En effet, les organisateurs étant américains, ils n’ont pas oublié d’inclure dans leur setlist des morceaux de leurs contemporains, là où trop souvent la musique de jeu vidéo est résumée à ce qui sort du Japon. Voir ainsi des titres comme Warcraft, Civilisation IV ou bien Halo faire leur apparition dans ce concert a été pour moi comme une vraie bouffée d’air frais musicale au milieu de tous ces morceaux japonais déjà mixés et remixés de toutes les façons possibles et imaginables, et donc sans surprise lorsque joués ici. Autre point notable, God of War et Civilisation IV ont fait intervenir des solistes vocaux, encore une fois une bien agréable surprise qui ajoutait un vrai plus à l’interprétation proposée ce soir.

Notons également l’apparition de Martin Leung, pianiste amateur popularisé par ses vidéos Youtube sous le nom de Video Game Pianist. Qui a un jeu certes impressionnant de vitesse, mais pour ma part j’ai surtout remarqué que plus il joue vite, plus il fait de fausses notes… M’enfin bon, apparemment il plaît au public, donc pourquoi pas. Tommy Tallarico a également mis la main à la pâte, puisqu’il a accompagné les interprétations de Halo et Castlevania avec sa guitare électrique, un ajout d’instrument ma foi fort agréable après 1h30 d’orchestre uniquement.

Celle là non plus

Celle là non plus

Bilan mitigé pour ma part donc, mais j’avoue que je suis super critique sur l’aspect musical, et que je suis surtout très influencé par le fait que j’écoute énormément de remixes et de reprises diverses de jeux vidéo. Du coup, peu de choses m’ont surpris ou impressionné lors de ce concert. Pour illustrer mon propos, le concert s’est terminé par une interprétation de One-Winged Angel avec chorale, et un medley de Castlevania plutôt orienté rock. Deux morceaux certes très sympathiques, mais dont je connaissais des interprétations dans le même style qui étaient bien meilleures à mon goût ! Par exemple le Advent One-Winged Angel de l’ost de Advent Children, ou le medley de S.S.H pour Castlevania. D’où le fait que finalement ce qui m’a le plus plu musicalement lors de ce concert, ce sont les morceaux tirés de jeux américains, alors que paradoxalement c’était les seuls que je ne connaissais pas avant d’y aller. Maintenant, le Video Game Live c’est un tout, qui englobe aussi l’aspect visuel et communautaire, avec la musique. C’est une bonne expérience à faire une fois, mais personnellement je ne pense pas y retourner. Toutefois, que cela ne vous empêche pas d’y aller si c’est votre première fois, ne serait-ce que pour soutenir ce genre d’initiative (concert de musique de jeux vidéo) qui reste rarissime en France, alors que c’est beaucoup plus courant au Japon ou aux Etats Unis. Le prochain à Paris est prévu le 22 novembre 2009.

Le site officiel

Les commentaires ne sont plus admis.