Synopsis : C’est la suite de la saison 1.

Seulement un an après une première saison contenant 52 épisodes, Hayate le majordome le plus poisseux au monde, est revenu sur les écrans japonais pour 25 nouveaux épisodes. Rien de bien étonnant, le manga dont il est adapté étant toujours en cours de parution, se vend plutôt bien, et la saison 1 s’était arrêté en laissant largement assez de chapitres pour en adapter une nouvelle série. Au programme pas mal de changements, pour le meilleur ou pour le pire.

En effet, si la première saison était animée par SynergySP, un studio semblant se spécialiser dans les adaptations de manga en 52 épisodes (ils ont enchaîné avec Zettai Karen Children, et sont actuellement sur Cross Game), cette dernière saison a été confiée à J.C. Staff (Utena, Honey and Clover, Shana…), ce qui le démarque fortement de son aînée sur plusieurs points. A commencer par le plus visible, un changement d’ordre graphique. Le chara-design s’est vu légèrement lissé, arrondi, et les couleurs sont beaucoup plus chaudes et flashy. De plus, la qualité graphique générale est bonne et homogène, la où la saison 1 avec ses hauts et ses bas. Bref pour l’instant tout va bien.

C’est au niveau du scénario que ça devient problématique. Pour expliquer le changement qui s’est opéré, il faut remonter jusqu’au manga. Hayate sous ce format, c’est une comédie romantique, avec beaucoup d’humour et de gags visuels ou faisant appel à la culture otaku, entrecoupés de quelques passages plus sérieux, axés romance et approfondissement des personnages. SynergySP, en adaptant le manga, a pris le parti de faire avant tout une comédie, et n’a ainsi adapté parmi la première centaine de chaptires environ, que les passages comiques, en ajoutant des épisodes fillers de leur création. Eludant au passage la plupart des moments « romantiques ». Quand J.C. Staff a repris la série, ils se sont attelés à être le plus fidèle possible au matériel d’origine, et a ainsi commencé par adapter tous les passages du mangas qui ont été sautés par la saison 1. L’intention est louable (fillers, ça rime souvent avec horreur), mais ceci a eu pour fâcheuse conséquence de déséquilibrer complètement la série. C’est le mélange et la proportion minime de romance par rapport à la comédie qui fait toute la saveur de Hayate. Les passages sérieux constituent un break et sont appréciables parce qu’ils sont justement espacés. Là on nous les assène tous à la suite, faisant ainsi sauter aux yeux une constatation qu’on ne voulait pas forcément reconnaître.

L’aspect romance est complètement naze. Le personnage principal masculin est infoutu de voir l’attrait qui lui est porté par les membres féminins, et est complètement nul dès que ça touche aux affaires de coeur. Les prétendantes tombent toutes amoureuses du héros sans grande raison apparente, et les situations sont archi classiques (oh, un onsen, oh, la Saint Valentin, oh, le White Day…). Du du et du revu dans le genre, heureusement que les personnages sont agréables et sympathiques. Mais ça ne cache pas le cliché des situations et la niaiserie des personnages dans les situations plus sérieuses. On me rétorquera qu’en occultant ces passages, SynergySP a également « trahi » l’esprit du manga en se concentrant sur l’aspect comique. Mais l’humour est l’âme de Hayate, l’élément le plus important et surtout le plus réussi. Donc c’était une trahison certes, les fillers ajoutés n’étaient pas toujours drôles loin de là (pitié, laissez Nabeshin dans Excel Saga) mais une trahison légère.

Le tableau n’est pas complètement noir non plus. Au bout d’une quinzaine d’épisodes, l’anime comble les trous et suit alors le rythme normal du manga. On retrouve alors plus de comique, et là c’est de nouveau du bonheur. Humour absurde, jeux de mots, humour de situation ou références cachées un partout, tout est là pour passer un bon moment. Les références sont d’ailleurs revue un peu à la baisse (au passage il n’y a plus de bip de censure énervant toutes les 30 secondes), mais elles restent présentes et font toujours mouche. Un exemple parmi d’autres : tous les titres d’épisodes sont des clins d’oeil à d’autres titres (le plus évident étant le 12eme nommé très sobrement « Zankoku na obaka Yaro no Teze »).

Pas grand chose de plus à ajouter, si ce n’est que la fin de saison ne conclut absolument rien, laissant ainsi la porte ouverte à une nouvelle saison. Logique, puisqu’il reste encore pas mal de chapitres à adapter, sans compter que le manga est toujours en cours (et pas vraiment de fin en vue, si je me fie à l’avis de ceux qui le suivent). Pour résumer, nous avons deux profils d’épisode : quand Hayate se veut drôle, il l’est souvent, quand il se veut axé romance, il devient cliché et chiant, mais se rattrape grâce à ses bons persos. La première quinzaine d’épisodes de la saison 2 est dans le deuxième cas de figure, et la fin de saison est dans le premier cas, et ce pour des raisons que j’ai évoqué plus haut. Pas encore d’annonce pour une saison 3, mais je ne doute que ça ne saurait tarder…

5 réponses à “Hayate no Gotoku !! : le choix de J.C. Staff”
  1. Sirius dit :

    Je trouve cette série très rafraichissante en ce qui me concerne. Même les touches romantiques sont bienvenues car il y a toujours des éléments de second degré. Je regarde les derniers épisodes en ce moment et une chose est sûre : j’ai eu un coup de coeur pour l’interprétation de l’opening d’Evangelion par Hinagiku =)

  2. andre dit :

    super anime! vivement la saison 3 . J’ai suivit les 2 saisons d’affilé, car c’est vraiment relaxant, très drôle, et surtout on ne s’ennuie vraiment pas . merci encore a l’auteur et vivement la suite

  3. Alex dit :

    ouai VIVEMENT LA SAISON 3

  4. bbou dit :

    du même avis que tous bien sur un très bon animé plein d’humour et de personnage attachant vraiment hâte de voir la saison 3 et 4 et …

  5. Fullmoon dit :

    J’epere vraiment qu’il vont sortir une saison , car pour moi , l’anime n’est pas totalement finit Le « malentendu » de nagi et hayate doit être résolu VIVE UNE SAISON 3 !!! : )

  6.