Si la saga Tales of est plutôt prolifique sur les consoles de salon et portables (12 titres à ce jour), quelques uns seulement parmi eux ont eu droit à une adaptation animée. Tales of Eternia, en 13 épisodes, Tales of Phantasia en 4 OAV, Tales of Symphonia en 2×4 OAV, et enfin Tales of the Abyss en 26 épisodes. Et celui qui nous intéresse aujourd’hui alors ? Et bien Tales of Vesperia – The First Strike se démarque suffisamment de ses prédécesseurs pour ne pas être à classer dans la même catégorie.


La différence la plus évidente est bien sûr le format : on a ici droit à un long-métrage d’animation de 2h. Mais la différence significative se situe dans le contenu. En effet, là où les précédents Tales of animés étaient des adaptations plus ou moins complètes de leurs jeux vidéo homonymes, ce film est une préquelle au jeu dont il partage le nom, racontant des évènements nullement mentionnés dans ce dernier. On s’intéresse donc dans ce film à Yuri et Flynn du temps où ils étaient encore tous deux chevaliers de l’empire. Duo d’attaquants hors pair, leur unité dirigée par le commandant Nyren va se voir obligée d’invistiguer une région où les monstres semblent devenus inhabituellement agressifs.

Les deux heures passent ainsi agréablement, avec notamment une dernière partie plus orientée action et qui tient en haleine jusqu’au dénouement. Quelques personnages du jeu ont droit à une courte apparition comme Rita ou Estelle, mais ce film est loin d’être une simple démonstration de fan-service pour fanboy (ou fangirl !) du jeu. La meilleure preuve étant qu’il n’est même pas indispensable d’y avoir joué pour visionner The First Strike. Tout au plus on loupera les petits clins d’oeil disséminés, mais ça s’arrête là. Je pense même que ce film constitue une bonne intro à celui qui voudrait se lancer dans le jeu, donnant un aperçu de l’univers ainsi que du tempérament du héros Yuri, qui il faut bien l’avouer, est assez particulier (mais pas déplaisant) au royaume des J-RPG.

Pour les vétérans du jeu qui l’ont déjà retourné dans tous les sens en y passant plus de 100 h sur trois parties, ils trouveront là l’occasion de découvrir une partie du passé commun de Yuri et Flynn, ainsi qu’une vue de l’intérieur d’une unité de chevaliers. Loin d’être indispensable, mais toujours sympathique quand on apprécie l’univers. C’est aussi l’occasion de retrouver la qualité graphique des cinématiques animées du jeu, puisqu’on retrouve la même équipe aux commandes derrière, à savoir le studio Production I.G.. Beau, net et sans bavure, tout en étant fidèle au chara design d’origine. Les musiques sans être marquantes, sont tout à fait honorables, et elles font en tout cas moins tâche que ce qu’a pondu Motoi Sakuraba pour le jeu.

En bref un bon divertissement, n’ayant ni l’ambition de résumer le jeu d’origine, ni de prendre le néophyte de haut, et ni d’expliquer tous les secrets non dévoilés du monde de Terca Lumireis. Introduction à l’univers du jeu ou petit complément sympathique selon du point de vue où l’on se place, The First Strike se placera sans trop rougir à côté du jeu éponyme. Jeu qui au passage, bien que classique, reste un bon J-RPG, ce qui finalement est loin d’être monnaie courante sur la génération actuelle de console.

5 réponses à “Tales of Vesperia – The First Strike”
  1. Fisico dit :

    « Tales of Symphonia en 2×4 OAV »

    3×4 OAV même, les 4 OAV « The United World » ont été annoncés au dernier Tales Festival.
    Quand à Tales of Eternia c’est une adaptation complètement Hors Sujet qui ne raconte absolument pas l’intrigue du jeu.

    Un peu succinct tout de même, et j’ai un peu (beaucoup) de mal à comprendre comment on peut descendre l’OST du jeu en flèche et encenser celle du film, c’est pas comme si il y avait un gouffre qualitatif aussi net que ça entre les deux.

    Quand au film c’est évidemment la meilleure adaptaton qu’a connu la série à ce jour, plutôt que de s’empêtrer dans des adaptations foireuses (Eternia), tellement scrupuleuse qu’elles en sont chiantes (Abyss), rushées (Eternia), ou trop dispersés dans le temps (Symphonia), ils ont enfin trouver le bon moyen de réutiliser une licence. La préquelle est vraiment plus qu’agréable et apporte essentiellement du background au duo Yuri Flynn (et à Repede aussi bien sur =p). Des adaptations de Tales dans un format pareil j’en redemande

  2. Kirox dit :

    Merci pour les précisions, n’ayant pas joué à Eternia mais (malheureusement) vu la série, je pensais en effet que c’était une adaptation.
    C’est vrai que c’est un peu court, si j’étais rentré dans le détail des évènements ça serait autre chose mais les articles bourrés de spoil c’est pas trop mon truc…
    Si j’ai évoqué les musiques, c’était surtout pour faire une pique à celles du jeu, qui elles sont vraiment décevantes pour du Sakuraba. Sérieusement, en 40h de jeu, la seule que j’ai réussi à retenir c’est celle de la ville des guildes…

  3. Fisico dit :

    « rushées (Eternia) » (je voulais dire Phantasia bien sur)

    Curieux que tu n’ais retenu que le thème de Dahngrest (qui est excellent au passage), généralement c’est plus Fury Sparks qui est cité quand on parle de l’ost Vesperia ( http://www.youtube.com/watch?v=wwH1hPMyVZU ). Mais le plus amusant c’est que le theme de Dhangrest n’a même pas été composé par Sakuraba, c’est Hibiki Aoyama qui s’en est chargé, parce que Sakuraba n’a pratiquement jamais composé une OST de Tales tout seul

    Après oui on peut reprocher à l’OST d’être globalement dans la tendance basse de ce que fait Sakuraba habituellement, mais rien d’énorme comparativement aux autres Tales sur lesquels il a officié ou sur Star Ocean 4. Ça s’est juste peut être plus vu sur Vesperia étant donné que tout le monde commence à avoir fait plus d’un jeu où il a officié en tant que compo.

  4. Kyofu dit :

    Ce film apporte tout de même des grosses incohérences par rapport a la version Xbox360. j’ai vu ce film a sa sortie donc je me souviens pas exactement, mais, de mémoire :
    – Dans le jeu, Repede est censé avoir 45 ans. Ou c’est tout du moins ce qui est dit sur le livret fourni avec le jeu. Du coup voir Repede petit avec son papa ça fait un peu bizarre :p

    – Rita est pas censée savoir ce qu’est un Aer Krene avant un certain point dans le jeu, et la elle sort au capitaine, des années avant le début du jeu « Oui, cette zone ne devrait pas avoir d’Aer Krene ».

    Cependant, si je me souviens bien, ils avaient l’intention de faire des modifications sur la version PS3 qui devrait ( est peut être déjà, la flemme de vérifier) sortir d’ici peu. Mais on verra bien :p
    Enfin, ca reste agréable à regarder 😮

  5. Alioth dit :

    Ce film m’a beaucoup plu. Pas un instant je me suis retrouvé à penser qu’il était inférieur ou supérieur au jeu, j’étais juste de retour dans le jeu. On a vraiment l’impression d’une continuité pas d’un film juste là pour vendre à base de révélation sur tout et n’importe quoi.

    Indépendamment du jeu le film offre une bonne intrigue et des passages émouvants et crédibles.

    @Fisico: Pareil que Kirox, si il n’y a qu’une musique à retenir du jeu c’est celle de Dahngrest.

    @Kyofu: J’ai aussi tilté sur l’age de Repede et comme toi je n’étais plus sûr de savoir si Rita pouvait connaitre les Aer Krene.

  6.