La semaine dernière fut chargée en convention geek, puisqu’en plus de la Chibi Japan Expo qui se déroulait ce week-end, il y avait en même temps le Paris Games Week, salon dédié au jeu vidéo crée par le SELL (Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisir), suite à un clash entre ces derniers et le SNJV (Syndicat National du Jeu Vidéo) qui organise le Festival du Jeu Vidéo. Ce dernier s’est donc retrouvé cette année amputé de tous les stands des éditeurs qui devaient apporter leur soutien au SELL. Au programme des jeux récemment sortis, ou plus intéressant, des démos jouables de jeux qui sortiront prochainement (ou pas) ! Comme le programme de la Chibi était un peu misérable, avec khyos on a préféré miser sur le PGW, en y allant dès le vendredi. Un choix judicieux, puisqu’il n’y avait pas trop de monde et qu’on a pu jouer à quasiment tout sans trop attendre.

A peine entré, et malgré le fait que nous soyons arrivés relativement tôt, on ne peut que remarquer une file d’attente déjà assez grande pour jouer à Call of Duty Black Ops. Attendre trois plombes pour jouer à un énième FPS dans un univers contemporain qui se termine en 4h, et surtout qui sort dans seulement trois semaines, j’avoue que le concept m’échappe un peu… Même remarque pour Assassin’s Creed Brotherhood chez Ubisoft qui attirait un nombre de gens hallucinant, malgré le fait qu’il sorte dans 3 semaines également. M’enfin bon, tant mieux, ça fait moins de monde sur des jeux plus intéressants en ratio file d’attente/jeu.

Après un rapide tour des lieux, premières impressions : déjà, l’endroit est beaucoup moins grand que pour le Festival du Jeu Vidéo l’an dernier. Ceci s’explique par la diminution drastique des stands autres que ceux des éditeurs, à quelques exception près (FNAC, JVN.com, ou encore Otaku les vendeurs de t-shirts geeks). En plein centre, immanquable c’était Sony et son Playstation City, qui nous a gratifié toute la journée de prestations dignes du Club Med sur une scène spéciale. Des babes qui dansent une chorégraphie, un animateur qui gueule des slogans promotionnels dans un micro, et le public qui danse et qui reprend les slogans en coeur. Un petit aperçu en vidéo. Effrayant. Amusant de noter qu’en bordure du salon, Nintendo proposait une sorte d’espace lounge détente pour jouer à Wii Party, offrant ainsi une alternative tranquille au bruit de la scène centrale. Coïncidence sans doute, mais marrant néanmoins.

C'est ici le salon du Meuble ?

Niiiiiiiiiiiiiiiiiintendooooooooo wouhouuuuuuu !

Premier jeu à regarder pour nous : Zelda Skyward Sword, le dernier né de la saga à sortir prochainement (enfin on espère) sur Wii. Premier constat, c’était peut-être pas une super idée d’avoir sorti les tv HD géantes pour celui-là, vu comment l’aliasing ressortait de façon assez terrible. En ce qui concerne le contenu, c’était semble-t-il la même démo qui était présentée à l’E3 dernier, avec quelques combats en forêt, un squelette et un boss scorpion. Les combats mettaient en avant le contrôle au Wii Motion Plus, avec la possibilité de donner des coups d’épée dans des directions différentes selon le mouvement effectué. Personnellement je n’ai pas été très emballé, ayant beaucoup de mal à sortir les coups quand et comme je veux. Toutefois ceci peut-être dû à mon manque d’expérience de ce genre de contrôle sur Wii (je n’ai jamais ouvert mon exemplaire de Wii Sports et j’ai fait Zelda TP sur Gamecube). Ca me parait tout de même moins précis qu’à la manette, surtout que la plupart des ennemis demandaient justement d’envoyer des coups dans des directions bien précises. Bref à réessayer au calme chez soi avec un bon calibrage, mais pour l’instant pas super enthousiaste de ce côté. Pour le reste, c’est du Zelda bien classique, avec de l’arc, du lance-pierre, des bombes (qu’on peut faire rouler à la manière du bowling dans Wii Sports !), des buissons à découper pour trouver des rubis, et des énigmes pour ouvrir des portes.

Juste à côté, un joli stand décoré façon jungle pour présenter Donkey Kong Country Returns. Et il porte bien son nom, puisqu’on retrouve instantanément les sensations des opus Super Nintendo, avec un gameplay simple et immédiat, des tas de secrets cachés un peu partout, et plein d’interactions avec le décor. Comme d’habitude dans les meilleurs jeux Wii, toujours une utilisation aussi limitée de la Wiimote, avec seulement le fait de la secouer de haut en bas pour taper sur le sol. LA nouveauté, c’est bien sûr de pouvoir jouer en coopération sur le même écran avec un ami. Ainsi le joueur 2 pourra incarner l’ami Diddy Kong, qui a récupéré ses jet-packs de Donkey Kong 64 pour pouvoir planer un peu plus loin. Pas de surprise donc, on attendait un bon jeu de plate-forme 2D et il semble que c’est exactement ce que Retro Studios nous offre.

Le Sonic Cycle est puissant. Très puissant. La dernière fois que j’y suis rentré c’était pour Sonic Unleashed, après une démo toute en gameplay 2D bien prometteuse… avant que le jeu final sorte et qu’on constate que les deux tiers soient consacrés à des phases de sous-god of war en hérisson-garou. Bref, là l’opus en question c’est Sonic Colours sur Wii. Encore une fois un trailer encourageant, avec beaucoup de phases en 2D et très speed. Et après test de la démo… ben non, TOUJOURS les mêmes défauts qui ressortent depuis des années dans la saga Sonic. Les phases en 3D sont toujours aussi injouables, le Dash en plein air toujours aussi aléatoire, et les niveaux sont toujours truffés de truc à la noix qui brisent la cadence et qui font chier. Un exemple tout bête : un des « pouvoirs couleurs » de Sonic consiste à se transformer en une fusée pour décoller très haut pendant un court laps de temps. Autant on monte très haut très vite, autant la chute libre en planant qui suit est elle super lente ! Rien de mieux pour casser complètement le rythme ! En 2D ça va un peu mieux, même si la plupart du temps ces phases consistent à pousser le joystick et regarder Sonic courir… Bon, ce n’est pas totalement pourri comme pouvaient l’être le Sonic Next Gen ou Shadow the Hedgehog, ce sera au mieux un jeu moyen/sympa (selon votre degré de fanboyisme Sega) comme l’opus Secret Rings sur Wii.

C'est ça, cours toujours !

Dernier jeu à regarder sur Wii, je regarde khyos faire la démo d’Epic Mickey, étant peu motivé pour ce dernier. Et pourtant, il a l’air très sympa, je ne sais pas pourquoi je n’y prêtais pas grand intérêt jusqu’alors. Graphiquement c’est très beau pour de la Wii et très inspiré des environnements de Kingdom Hearts. L’ambiance a l’air bien travaillée, assez sombre et proche encore une fois d’un KH. Niveau gameplay c’est de la plate forme 3D assez classique, avec toutefois la possibilité d’absorber ou de restaurer certains éléments du décor avec un pinceau magique. Je ne l’attendais pas, et bien dorénavant je le guetterai avec attention !

Epic Mickey is Epic

Qui nect ?

Pas de stand dédié Microsoft sur ce salon, mais plusieurs éditeurs proposaient des bornes Kinect. Autant les diverses présentations de l’E3 dernier ne me faisaient pas vraiment envie, mais je dois dire que voir l’engin en action, le choc est encore plus rude. Admirer des pauvres joueurs gigoter devant des mini-jeux aux contrôles ridicules, ça a un côté à la fois déprimant et amusant. Entre Kinect Sports et son jeu de Beach Volley où n’importe quel mouvement suffit à renvoyer la balle de la même façon, le jeu de baston de chez Ubi où la moitié des coups essayés par le joueur n’étaient pas reconnus, ou encore Sonic Free Riders et ses passages qui demandent de faire le crawl en plein air. Et bien sûr, tout cela avec un certain lag entre les actions du joueur (quand elles sont reconnues), et ce qui se passe à l’écran.

Le moins pourri de tous les jeux en démonstration libre était sans doute ce dernier, jeu de course sur Hover Board avec les personnages de Sonic où le joueur accélère en donnant des coups de pieds sur le sol, et se dirige en se penchant sur les côtés. Enfin, quand mossieur Kinect veut bien détecter que le joueur est penché. On peut également lancer des bonus à la Mario Kart en euh… remuant les bras n’importe comment. Globalement ça marche à peu près, mais mon dieu que ça a l’air imprécis au possible…

Dernier espoir avec la présentation de Child of Eden, le dernier projet de Tetsuya Mizuguchi, alias monsieur Space Channel 5/Rez. Pas de démo jouable, on devra se contenter d’une unique partie de 10 minutes commentée en direct par Tommy (ex-Gameone, travaillant maintenant chez Ubisoft). Digne descendant de Rez, le gameplay a l’air strictement identique, quoique adapté ici à Kinect. On locke en passant la main sur les ennemis, et on tire en donnant un coup en avant. En simple spectateur il semblait y avoir un lag (encore !) entre les actions de Tommy et ce qu’on voyait à l’écran, mais dur de juger, on aurait aimé pouvoir tester nous-mêmes ! Sinon visuellement c’est une véritable orgie de couleurs et de formes géométriques, un trip visuel de folie. Musicalement on entendait pas grand chose à cause du bruit ambiant donc pas facile de déterminer si les tirs et les explosions donnaient des sons de la même manière que dans Rez, par contre la musique avait l’air d’être du pur Genki Rockets, avec d’ailleurs une apparition ingame de Lumi, la chanteuse fictive du groupe. Les fans de Rez (dont je fais partie) sont de toute façon déjà conquis. Quant aux autres…

Heavenly Staaaaaaaaar !

Play ! Stay ! Tion !

Pendant que khyos s’adonne à Killzone 3, j’en profite pour tester une borne GT5 qui traînait à côté. Mon expérience en GT se résume à 30 minutes à essayer de passer un permis sur GT2, donc bon mes impressions vont manquer de pertinence, à savoir : super beau, mais aucune impression de vitesse. Et puis j’ai beau faire des têtes à queue et rentrer dans mes adversaires, aucun dégât n’apparaît sur mon véhicule. Euh c’était pas un des arguments pour repousser la date de sortie d’implémenter la gestion des dégâts justement ? Après quelques tours et voyant que khyos est toujours sur sa démo (super longue), je vais voir l’autre borne perdue dans le stand Killzone : l’opus de Time Crisis compatible avec le PS Move. Bof, pas plus précis qu’un gun classique, et à peu près aussi « flottant » que l’utilisation d’une Wiimote.

Voyant la queue assez conséquente pour tester Virtua Tennis 4 en 3D avec le Move, on se résout à le tester sur écran HD normal. Encore une fois peu convaincu par cet accessoire, c’est à peine plus précis que le tennis de Wii Sports, on peut faire un peu n’importe quoi et ça marche.

PS360 Superior Version

Petit tour chez Capcom pour tester un peu Marvel vs Capcom 3. Je suis loin d’être un grand fan de baston (Smash Bros mis à part), mais celui-ci a l’air bien tentant, avec ses nombreux personnages des deux firmes et son dynamisme prononcé ! En action, c’est un peu bordélique, les gros coups qui prennent tout l’écran sortent très facilement, et à vue de quelques rounds j’ai l’impression qu’il est moins technique et plus grand spectacle que disons… Street Fighter IV par exemple. Mais bon, la profondeur de gameplay ça se juge sur la longeur et l’expérience, deux choses dont je ne disposais pas. En attendant le simple novice que je suis s’est bien amusé avec.

A côté des gros stands qu’Activision avait préparé pour promouvoir Guitar Hero Warriors of Rock et DJ Hero 2, il y avait un petit salon avec un canapé pour jouer tranquillement à ce dernier. Bizarrement déserté, on en profite pour le tester dans de bonnes conditions. Ayant assez aimé le premier pour ma part, j’étais curieux de voir en quoi le concept pouvait être renouvelé. Outre une playlist qui a vue de nez a l’air plus trippante (mais c’est peut-être juste parce qu’il y a du Chemical Brothers et du Prodigy), la nouveauté qui m’a enthousiasmé c’est surtout les passages freestyle sur le crossfader ! Dans le premiers pour les passages freestyle on se contentait de balancer des samples pourris, ici on peut carrément choisir de passer d’une piste à l’autre librement, et ça donne vraiment l’impression d’influer sur le morceau et de mixer ! A part ça pas de bouleversement dans le gameplay, mais ces simples ajouts vont me faire craquer sans problème, dès qu’on trouvera le jeu seul à pas trop cher.

Impressions de khyos
Je suis plutôt d’accord avec Kirox dans l’ensemble, donc je ne vais parler que de ce qu’il n’a pas testé (Killzone 3 et Epic Mickey) ou apprécié à sa juste valeur (Deus Ex : Human Revolution) .

Je vais d’ailleurs commencer par ce dernier qui était présenté en démo par les développeur en « Behind Closed Doors », il s’agit là d’une démo qui avait déjà présentée à des journalistes mais encore jamais montrée au public hors salons. Après un trailer déjà vu et un court discours de présentation de JulienC de Gameblog, deux développeurs prennent la main pour nous présenter deux séquences de jeu live distinctes. La première se voulant plus basée sur les interactions avec les PNJ et la seconde sur la baston. La première chose qui me vient à l’esprit lors de la première démo c’est « Woaw ! One Million Troops ! Euh non … Que c’est beau ! ». Graphiquement le jeu est sublime, le joueur parcourt les rues d’une ville aux environnements détaillés et peuplée de PNJ assez nombreux et bien modélisés, le tout donnant un rendu extrêmement réaliste mais surtout vivant. Pendant cette phase, on peut voir le joueur devoir infiltrer une discothèque, le développeur nous explique que plusieurs choix sont possibles, mais qu’ici il ne nous en présentera qu’un (tout en nous expliquant à l’oral les différentes possibilités). Il passe pas mal de temps à nous expliquer comment ils ont voulu traduire l’état psychologique des PNJ par leur comportement physique et comment cela peut nous aider dans la conversation avec celui-ci pour obtenir ce que l’on cherche. Je suis assez perplexe sur cette partie, les dialogues étant couverts par la voix du développeur, on a pas trop compris ce qui se passait dans les différents dialogues et les choix qui étaient vraiment possibles à ce niveau là. La deuxième partie plus portée sur l’action nous a montré comment on peut mettre à profit les différentes compétences d’infiltrations, de piratage et de combat pour remplir un objectif dans une base ennemie. Cette phase était moins peaufinée graphiquement que la précédente, mais il faut dire qu’un entrepôt reste un entrepôt, difficile de le rendre beau. Apparemment dans ces phases d’action, pas mal de choix sont aussi possibles, le démoeur à privilégié l’infiltration avec des compétences de camouflage. Au final cette démo donnait vachement envie de tester le jeu avec ses propres petits doigts boudinés pour savoir si tout ce qu’on nous promettait était bien réel ou bien si la démo était scriptée à mort. En tout cas, il reste que si le jeu tiens ces promesses et évolue encore depuis cette version Dev Alpha qui nous était présentée, Deus Ex : Human Revolution pourrait bien rejoindre le premier opus au panthéon du jeu vidéo.

Au cours du salon, j’ai eu aussi l’occasion de tester la démo d’Epic Mickey, celle-ci correspondait au début du jeu sous forme d’un tutoriel pour savoir comment se manie Mickey ainsi que son pinceau. Au niveau du gameplay rien à dire, le jeu fonctionne parfaitement, la souris la plus célèbre du monde se manie sans aucun problème et balancer de la peinture est un jeu d’enfant avec le pointeur de la wiimote. Le jeu est graphiquement joli pour de la Wii, les environnements faisaient bizarrement penser à du Kingdom Hearts, je ne suis pas suffisamment expert de l’univers Mickey pour savoir si c’est KH qui s’est inspiré de Mickey ou bien Epic Mickey inspiré de KH, toujours est-il que je trouve les deux jeux visuellement proches. J’attendais déjà le jeu (avec tout de même un enthousiasme modéré) et cette démo m’a convaincu d’acheter le jeu qui sortira tout bientôt (le 25 novembre 2010).

Pour finir, j’ai mis la main sur une longue démo en trois parties de Killzone 3. Ayant beaucoup aimé le second épisode de la saga, je partais conquis d’avance et cette démo ne m’a pas déçu mais ne m’a pas ultra enthousiasmé non plus. Killzone 3 c’est simplement du Killzone 2 en plus beau et avec un jet pack pour se la péter grave en combat. Malheureusement c’est le constat que j’en fait, les fans accrocheront sûrement, et ceux qui n’ont pas apprécié le précédent opus passeront sans problème leur chemin. J’espère juste que le jeu se renouvellera un peu pour couper au sentiment du Killzone 2.5.

Une réponse à “Paris Games Week 2010”
  1. BuzzerMan dit :

    Merci beaucoup pour ces impressions ! En particulier pour DeuxEx qui me fait grave de l’oeil, ça rassure de lire qu’il se rapproche du premier ;).

    Les impressions sur Kinect moins enthousiastes ne m’étonnent pas plus que ça… Ça va être difficile de le vendre et d’avoir des jeux intéressants là-dessus à mon humble avis.

  2.