Les bilans y’a que ça de vrai, surtout en cette fin d’année où l’on cherche les cadeaux les plus beaux à faire. Chacun sa spécialité dans l’équipe, Mithrandir parlera jeu vidéo, khyos d’anime, et moi de musique donc. Beaucoup plus fouillé que l’année dernière, je vais même cette fois-ci proposer des liens pour écouter les albums en streaming sur Deezer ou Spotify, selon la disponibilité sur ces deux supports d’écoute gratuite en ligne. Si vous ne connaissez pas ce dernier, jetez-y un oeil, personnellement je préfère son interface simple et agréable plutôt que l’usine à gaz qu’est Deezer. Voici donc mon année musicale, d’abord par préférence, pour finir par mon top 5 personnel :

Catégorie « mais ça déchire ! »

Goose – Synrise
Genre : Electro-rock
Deuxième album des belges de Goose, tout aussi réussi que le premier. Toujours un mélange electro-rock hyper accrocheur, très efficace sur le dancefloor. Un regret toutefois : c’est trop court !
Spotify

Deftones – Diamond Eyes
Catégorie : Rock/Neo metal
Le néo n’a pas engendré que de la musique facile pour ado boutonneux. Les Deftones notamment ont sû sortir leur carte du jeu avec leurs intéressants premiers albums : Adrenaline, Around the Fur et surtout l’excellent White Pony. Après ça j’ai beaucoup moins accroché, jusqu’à cette année et ce Diamond Eyes, opus très direct et rentre dedans, en gardant cette mélancolie et ces mélodies entêtantes qu’on retrouvent dans White Pony justement.
Deezer
Spotify

Pure Reason Revolution – Hammer and Anvil
Genre : Rock/Prog/Electro
L’année dernière ils avaient squatté la première place de mon top, cette fois ils baissent un peu, mais leur nouveau disque reste très très bon. Simplement, l’effet de surprise s’est un peu estompé puisqu’ils restent dans le même style. Avec peut-être un peu plus d’agressivité (ouch, cette claque dans la tronche qu’on se prend dès l’intro avec Fight Fire), ce qui ne fait jamais de mal.
Deezer
Spotify

The Dead Weather – Sea of Cowards
Genre : Rock/Blues-rock
Supergroupe composé de membres d’autres groupes de rock actuels (Alison Mosshart de The Kills et Jack White des White Stripes pour ne citer qu’eux) The Dead Weather avait livré un premier album plutôt sympathique l’année dernière, mais celui-ci est encore meilleur. La sauce semi garage-rock/blues rock prend bien, et ça nous donne un album très homogène et solide.
Deezer
Spotify

Boom Boom Satellites – To the Loveless
Genre : Rock/Electro
Groupe japonais connu chez nous notamment pour leurs participations à des B.O. d’anime (Appleseed et Xam’d Lost Memories entre autres), les BBS ont une carrière assez prolifique et intéressante. Ce To The Loveless est dans le style des précédents, les compos sont toutefois un peu plus longues (Back on my Feet) et intenses (Drain ou Lock Me Out).

Girl Talk – All Day
Genre : Bricolage
Un album de Girl Talk, c’est comme un gros blindtest où il faut s’amuser à reconnaitre les 40 morceux qui passent en cinq minutes. Un vrai mash-up géant qui dure tout le temps d’un album. Pas moins bon ni meilleur que ses autres opus, mais toujours aussi bien fait et génial à écouter. Surtout la première fois quand on découvre. Et en plus, l’album est disponible en téléchargement gratos. Que demande le peuple?
Télécharger All Day

Catégorie « plutôt cool »

Holy Fuck – Latin
Genre : Rock electronique instrumental
Groupe assez unique, produisant une musique à l’allure de musique électronique mais avec des « vrais » instruments. Leur troisième album est toujours aussi intéressant, alternant groove (Red Lights et son clip débile) et instrumentales frénétiques (Stilettos).
Deezer
Spotify

Kele – The Boxer
Genre : Pop/Electro
Kele, c’est Kele Okereke, plus connu comme leader de Bloc Party. N’ayant pas spécialement accroché au premier album de ce groupe, je ne m’attendais pas à apprécier autant cet album solo, mais finalement il y a assez peu d’éléments musicaux en commun. Ici, Kele se plait dans les sonorités électroniques, qu’elles soient carrément dancefloor compliant (l’énorme Tenderoni) ou plus posées (Everything you wanted).
Deezer
Spotify

Jonsi – Go
Genre : Pop
Et encore un album solo, cette fois-ci du chanteur de Sigur Ros. Le disque est varié, ayant parfois des relents de Sigur (Tornado), parfois des petites perles pop joyeuses et dansantes (la génialissime Animal Arithemtic !). Globalement bien foutu, mais un peu court.
Deezer
Spotify

Oceansize – Self Preserved While the Bodies Float Up
Genre : Rock/Prog
Après trois opus aussi variés qu’excellents, Oceansize se pose un peu et nous offre un album plus direct aux titres plus courts et « simples ». C’est toujours bien, mais un peu moins marquant. En live ça doit être bien sympa par contre.
Deezer
Spotify

Pendulum – Immersion
Genre : Drum’n bass/Rock
Pendulum continue son petit chemin s’éloignant de la Drum’n Bass plus pure pour s’orienter vers une sorte d’hybride electro-rock. Virage amorcé depuis le précédent album In Silico, ce glissement de style est encore plus prononcé ici, avec notamment des collaborations avec Steven Wilson (Porcupine Tree) ou Liam Howlett (The Prodigy) sur un morceau chacun. Le résultat final est en dents de scie, avec des moments de gloire (The Vulture, Comprachicos où on croirait entendre du Nine Inch Nails boosté), et des moments chiants (Salt in the Wounds, The Island part I). Mitigé, mais il reste tout de même pas mal de bons morceaux.
Deezer
Spotify

Demians – Mute
Genre : Rock/Prog
Un second album dans la veine du premier Building An Empire sorti en 2008. Le français multi-instrumentaliste continue de produire une musique intéressante, assez proche de groupes comme Porcupine Tree ou Oceansize cités plus haut.
Deezer
Spotify

Melissa Auf der Maur – Out of their minds
Genre : Pop/Rock
Après un premier opus self-titled très convaincant, la belle Melissa est revenue cette année pour un album moins « tubesque » et direct que son aîné, mais reste plutôt réussi.
Deezer

Squarepusher presents – Shobaleader One – d’Demonstrator
Genre : Electro-rock à basse
Visiblement, l’ami Squarepusher en avait un peu marre de faire de l’IDM complètement barrée avec des lignes de basse de folie, et a voulu s’inspirer des amis Daft Punk pour le côté dansant et robotique (le clip Megazine est assez parlant). Le résultat est ce nom assez cryptique : Shobaleader One. Au programme du Vocoder bien gras, des rythmes binaires bien faciles à danser, et toujours des lignes de basses bien cools. Pas mal, quoiqu’un peu répétitif sur la longueur de l’album.

MGMT – Congratulations
Genre : Pop
J’avais bien aimé leur premier essai Oracular Spectacular, celui-ci est assez différent mais pas moins intéressant. Moins « tubesque » et moins « frais » certainement, mais du coup plus profond et qui mérite plusieurs écoutes pour en tirer le meilleur.
Deezer
Spotify

Star One – Victims of the Modern Age
Genre : Space Opera
Les albums du sieur Lucassen se suivent et se ressemblent. Des projets multiples, entre Ayreon, Ambeon, Stream of Passion ou Guilt Machine, mais où l’on reconnait toujours son style caractéristique. Cet album de Star One n’y échappe pas, et on retrouve toujours ce style d’opera rock/métal avec différents chanteurs. Ici, chaque titre est en rapport avec un film de Science Fiction, les paroles faisant référence à Orange Mécanique, Blade Runner, La Planète des Singes ou encore Matrix. Bon, moi j’aime toujours son style, mais un jour il finira par se lasser à trop tirer sur la corde sans se renouveler !
Deezer
Spotify

Powerglove – Saturday Morning Apocalypse
Genre : Power Metal/Dessin animé
Powerglove est un groupe américain ayant à la base sortis un album et un EP de reprises instrumentales de musiques de jeu vidéo dans un style Power Metal. Pour leur dernier opus, ils ont décidé de se consacrer à une autre forme de média, et on retrouvera ici des reprises de génériques de dessins animés, américains principalement. Au programme du X-Men, du Batman, du Inspecteur Gadget ou les Simpsons. Surprenant au début, mais finalement la plupart des thèmes se prêtent assez bien à l’exercice de style. Dans tous les cas, l’écoute est assez marrante.
Spotify

Catégorie « à peine écouté, déjà oublié »

Crystal Castles – Crystal Castles II
Genre : Electro dancefloor
Leur premier opus en 2007 avait quelques morceaux intéressants, avec des sonorités 8bit qui faisait pour pas mal l’intérêt. Ici plus du tout de sons Nes, et beaucoup moins de morceaux intéressants en conséquence. On se consolera avec l’introduction et le morceau Celestica, assez génial reconnaissons-le. La seule perle de l’album ceci dit.
Deezer
Spotify

Serj Tankian – Imperfect Harmonies
Genre : Rock/Neo-Prog
J’adore System of a Down. J’ai aussi bien aimé le premier opus solo du sieur Tankian, qui avait encore des relents de la folie de SoaD. Mais là non, passé les très bons deux premiers titres (Disowned inc et l’énorme Borders are), plus rien, l’ennui. Tout se ressemble, et rien ne m’accroche. Deuxième déception après un Elect the Dead Symphony complètement ennuyeux.
Deezer
Spotify

James Labrie – Static Impulse
Style : Rock/Neo Métal
Chanteur de Dream Theater, dont je suis assidûment l’évolution, et donc les projets solos de chaque membre. Labrie sort régulièrement des albums « solo » composés par je ne sais qui. Elements of Persuasion en 2005 était pas mal, mais ce Static Impulse, pourtant dans le même style, est assez fade. Les chansons se suivent et se ressemblent, sans personnalité. Reste une belle balade au piano, Coming Home, qui clôture l’album sur une belle note. C’est toujours ça.
Deezer
Spotify

Midnight Juggernauts – The Crystal Axis
Genre : Electro-Pop
Après l’excellent et très dansant Dystopia en 2007, The Crystal Axis est une vraie déception. Des morceaux fades et chiants, ce qui n’était pas le cas du tout sur le premier album. On se consolera avec Lifeblood Flow, le seul bon morceau de l’album.
Deezer
Spotify

Jamiroquai – Rock Dust Light Star
Genre : Pop/Disco/Funk
Mouais. Pourtant j’aime beaucoup ce groupe, de leurs débuts acid jazz aux sonorités disco funk des derniers albums, mais là ça ne passe pas. Passé les deux premiers titres sympas, c’est plat et vite oubliable.
Deezer

Shinichi Osawa – SO2
Genre : House
Mais, mais, mais. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Le même compositeur japonais qui avait sorti un des meilleurs albums de 2007 a sorti un album tout mou, manquant cruellement de rythme et de mélodies accrocheuses. Non mais regardez-moi ça, plus répétitif et chiant tu meurs.

Underworld – Barking
Genre : Electro/Pop
Autrefois, Underworld c’était un groupe phénoménal. Depuis le départ de Darren Emerson, ils ont malheureusement beaucoup de mal à sortir des albums potables, malgré des prestations live toujours aussi intenses. Ce Barking n’échappe pas à la médiocrité, malgré quelques pistes salvatrices (Scribble en tête).
Deezer
Spotify

Goldfrapp – Head First
Genre : Electro-pop
C’est dommage, il démarre fort ce disque. Les trois premières pistes sont excellentes, délicieusement retro 80’s, avec en point d’orgue ce petit bijou de bonne humeur qu’est Alive (jetez un oeil au clip, totalement en décalage et donc très drôle). Et puis après le concept s’essouffle, le reste est chiant.
Deezer
Spotify

Massive Attack – Heligoland
Genre : Trip-hop
Visiblement le trip-hop est mort dans les années 90. Mais bon, je suis un faux fan du groupe, les seuls albums d’eux que j’aime étant Mezzanine et 100th Window, ce qu’un vrai fan me reprocherai aussitôt. Et bien tant pis, je réécouterai ceux-là.
Deezer
Spotify

Hooverphonic – The Night Before
Genre : Pop
Visiblement, le départ de la chanteuse Geike Arnaert a fait du mal aux talents de compositions de Hooverphonic, vu comme ce nouveau disque sans elle est insipide. On s’ennuie ferme.

Catégorie « je sais pas où les mettre »

Blonde Redhead – Penny Sparkle
Genre : Pop
Je l’ai écouté deux fois, et je n’ai toujours pas d’avis en plus d’avoir rien retenu. Tant pis, à la place je réécouterai 23.
Deezer
Spotify

Daft Punk – Tron Legacy Soundtrack
Genre : B.O. de film
C’est… une B.O. de film lambda, donc très discrète, aérienne et avec plein de violons. C’est malin d’avoir mis Derezzed en premier extrait, c’est la seule piste qui sonne Daft Punk de l’album >.< Deezer
Spotify

Flying Lotus – Cosmogramma
Genre : Electronica/Experimental
Comme son précédent opus Los Angeles, un disque assez étrange, à mi chemin entre le trip-hop et l’IDM avec un côté assez trippant (voir le clip de MmmHmm), avec des pistes assez courtes qui s’enchaînent rapidement. Pas mon disque préféré, mais loin d’être inintéressant.
Deezer

Mon top 5 2010

05) 65daysofstatic – We were exploding anyway
Genre : Post-rock électronique

Moi, j’adore les mélanges de style. Encore faut-il que ce soit bien fait, évidemment. En l’occurrence, 65daysofstatic se débrouillait pas mal depuis leurs débuts, où ils s’amusaient régulièrement à faire du post-rock à la Mogwai en intégrant des boites à rythme proches de la drum ‘n bass. Dans leur dernier opus, ils ont poussé le concept du mélange encore plus loin, en incluant encore plus d’éléments électroniques et synthétiques dans leurs compos, sans pour autant abandonner les guitares. Le résultat est détonnant, ça donne des pistes instrumentales tout à fait frénétiques, en gardant ce côté hypnotique et entêtant si agréable au post-rock.
Deezer
Spotify

04) Slash – Slash
Genre : Rock varié

Slash, pour tous ceux qui ont sauté leurs cours de musique option rock, c’est le monsieur au haut de forme qui était le guitariste soliste des Guns ‘n Roses quand ce groupe était au plus haut de sa gloire. Moi, les Guns ça me passe au dessus. Je n’ai jamais accroché à Appetite for destruction, malgré plusieurs essais. Du coup je n’ai jamais trop suivi la carrière de leurs membres respectifs. Pourtant, ce premier album solo de Slash a tout de suite attiré mon attention, grâce à sa liste de guest on ne peut plus diversifiée. Un album qui fait côtoyer Ozzy Osbourne, Chris Cornell, Fergie (Black Eyed Peas), Lemmy, Adam Levine (Maroon 5) ou encore Dave Grohl, ça fait forcément lever un sourcil. Et pourtant, le résultat est impressionant. Slash ne se la joue jamais guitar hero, mais a préféré composer des vraies chansons toujours adaptées à ses invités. Belle ballade pour Levine, instru qui tape fort pour Grohl, ou encore rock retro l’ami Iggy Pop, c’est très varié mais toujours réussi. Chapeau, monsieur au chapeau.
Deezer
Spotify

03) Chemical Brothers – Further
Genre : Electro/Big Beat

Le retour des rois. Ils ont beau avoir composé deux de mes albums préférés dans les années 90 (Dig your own hole et Surrender), je n’ai jamais été vraiment convaincu par leurs travaux suivants, bien qu’en live ils soient toujours aussi fortiches. Ce dernier opus est une sorte de compilation de ce qu’il y a de mieux chez eux, rien à jeter à part peut-être le premier morceau qui ne mets pas vraiment dans l’ambiance. Mention spéciale au délirant Horse Power, suite spirituelle au tube Hey Boy Hey Girl.
Deezer
Spotify

02) Anathema – We’re here because we’re here
Genre : Rock/Pop/Prog

Un album accouché dans la douleur, qui aura connu bien des déboires et des versions différentes. Le groupe ayant bien des difficultés à la fois pour changer de maison de disques et se fixer sur le contenu, au vu des différentes déclarations faites depuis la sortie de l’album précédent en… 2003 ! Pourtant le résultat est très positif, très travaillé autant dans le son que les compositions. Ces dernières ne sont qu’au nombre de dix, mais aucune n’est à jeter. Un peu mélo parfois, mais jamais trop. Un très beau disque.
Deezer

Et l’album de l’année va à….
01) World’s End Girlfriend – Seven Idiots
Style : Electronica/N’importe quoi

World’s End Girlfriend, c’est le nom de scène Katsuhiko Maeda, un japonais mêlant de façon improbable l’électronica la plus déjantée (pensez Squarepusher ou Autechre), et le post-rock, à grand renfort d’instruments classiques comme le piano et les ensembles de cordes. Il produit des disques relativement déjantés, mais ce dernier opus surpasse tout ce qu’il a pu faire avant. C’est assez indescriptible, le disque est ponctué d’envolées au violon, entrecoupées de passages destroy par une boite à rythme frénétique, avec une grosse couche de guitare électrique par desssus. Ouais bon, regardez plutôt la vidéo tirée du deuxième titre de l’album, titré Les Enfants du Paradis, ça sera plus simple. Et tout le disque est comme ça ! Excepté les derniers morceaux, très calmes et minimalistes, le repos après la bataille. Mon coup de coeur de l’année, sans nul doute.

Les commentaires ne sont plus admis.