On est le 31 janvier au soir et il est temps de publier ce bilan (tout le monde le sait, un bilan de l’année publié en février est un bilan caduc). Cette année 2010 fut bien maussade, pourtant ce ne fut pas faute d’avoir essayé et regardé une quantité record de série mais rien n’y fait, l’animation japonaise est en plein déclin. Ce point de vue n’est que personnel et pourra être interprété d’une manière différente par d’autres, peut-être deviens-je juste un vieil aigri qui surconsomme et ne sait plus distinguer l’éclat du diamant dans une masse de bijoux fantaisie (j’aime ma métaphore).

Je vais tenter de démontrer mon point de vue à l’aide de magnifiques graphiques Excel (déformation professionnelle oblige) :

Répartition des notes attribuées aux animes en fonction des années.

Moyenne des notes attribuées aux animes en fonction des années.

Nombre d’animes vu par années :

  • 2007 : 24
  • 2008 : 37
  • 2009 : 42
  • 2010 : 37

Ces graphiques sont basés sur les notes que j’ai mis sur myanimelist, et on y voit le triste constat que je suis devenu un aigr… euh que cette année 2010 est assez catastrophique. Déjà l’année 2009 était en retrait face aux années 2008 et 2007 au cours desquelles j’avais attribué un bon nombre de bonnes notes. Je n’ai malheureusement pas pu faire les stats sur les années précédant 2007 car je n’ai pas les dates de visionnage de ces années-là.

Quand je vois que 2007 a été marquée par Gurren Lagann, Baccano et Denno Coil, 2008 par Bounen no Xam’d et Clannad, 2009 par Eden of the East, Clannad After Story et Bakemonogatari, et maintenant je regarde 2010 et je ne vois réellement que Durarara !!. Espérons que ça ne soit qu’une passade, mais cette première saison d’hiver 2011 me donne déjà l’impression que nous n’allons peut être pas faire augmenter la moyenne. Malheureusement vous n’aurez surement pas droit à ces jolis graphiques l’année prochaine, j’ai décidé d’arrêter de me faire du mal et de ne plus continuer à regarder des bouses jusqu’au bout, du coup mon choix de visionnage sera beaucoup plus sélectif cette année 2011 et le prochain bilan sera composé surement du meilleur, car le moins bon, je n’aurai tout simplement pas fait l’effort de le regarder.

Je tiens au passage à remercier Kirox pour sa participation à ce bilan pour quelques films, pour les corrections qu’il a apporté à mon orthographe et mon style désastreux, et pour les captures d’écran pourries de ses dvd de Slayers. Et je vous invite à regarder les autres bilans de la communauté et notamment celui d’Exelen qui m’a grillé de quelques jours et qui fait lien vers les autres bilans à la fin de son article (comment ça je me facilite la tache ?).

Place au bilan !

Les « Must Watch » 2010

#1 Durarara!!

Durarara!! est mon unique « Must Watch » de l’année, c’est pour moi le seul qui a su se démarquer en 2010 par une telle excellence que n’importe quel fan d’animation japonaise se doit de la voir au minimum pour sa culture. L’anime marque d’abord par son ambiance et ses personnages à la frontière de la classe et de la folie, il est en ce point très proche de Baccano! (série tirée d’un roman du même auteur pour ceux qui ne le savaient pas). Durarara!! est aussi irréprochable sur sa réalisation graphique ainsi que sa mise en scène et le scenario se dévore pour peu qu’on ne se mélange pas entre les nombreux personnages. Le seul reproche que je pourrais lui faire, c’est de ne pas être plus long, on a une légère sensation d’inachevé à la fin comme si certains pans n’avaient pas été approfondis et que toutes les réponses ne nous avaient pas été données (oui je sais le roman est encore en cours).

Les « bien sympa » 2010

#1 Cross Game

Même si la majeure partie de l’anime a été diffusée en 2009, je n’en avais pas parlé dans mon précédant bilan en attendant bien sagement la fin. Cross Game fait partie de ces animes qui savent émerveiller par leur simplicité et bon sens, tout l’intérêt de l’anime réside dans ses personnages et les relations qu’ils entretiennent. Un étrange parfum de réalisme se fait sentir, cette douce odeur est si rare dans l’animation japonaise qu’on l’aime d’autant plus lorsque l’anime est de qualité. La réalisation colle idéalement au style un peu vieillot d’Adachi et l’adaptation en 50 épisodes des 17 tomes originaux est parfaitement rythmée.

#2 Kuragehime

Mon coup de cœur fraicheur de cette année, encore un anime qui séduit par la qualité de ses protagonistes. J’ai vraiment accroché à l’humour et l’ambiance de la série, et Kuragehime se paye le luxe d’avoir une réalisation de bonne facture pour ce genre d’anime. Comédie légère de l’année, j’en reprendrais bien une seconde saison !

#3 Yojouhan Shinwa Taikei

Je lui décerne le prix d’ « Anime branlette intellectuelle de l’année » mais ce n’est pas pour autant que je ne l’ai pas apprécié à sa juste valeur. The Tatami Galaxy (titre anglais) met en scène un héros dont le nom n’est jamais cité, qui entre à l’université et doit faire un choix de club dans lequel il est censé pouvoir s’investir et vivre pleinement sa vie d’étudiant. Mais là où les choses se compliquent, c’est qu’à chaque épisode l’anime met en scène un choix possible de club fait par le héros. On le retrouve donc côtoyer les mêmes personnages d’épisode en épisode, mais ceux-ci redécouverts dans un nouveau rôle et sous un nouvel angle. L’anime aborde de cette façon la société japonaise avec un niveau de cynisme rarement vu dans l’animation japonaise. The Tamami Galaxy fait preuve aussi d’un style et d’une animation originale qui contribuent à son charme ainsi qu’à son côté élitiste volontairement choisi. Il est clair que l’anime ne plaira pas à tous, il faut savoir suivre le WTF ambiant et en extraire la substantifique moelle.

#4 Densetsu no Yuusha no Densetsu

Anime dont je n’attendais rien à la base et qui m’a très positivement surpris. Sous ses couverts d’héroic fantasy bien classique, The Legend of the Legendary Heroes (titre anglais) met en scène un univers riche et pléthore de personnages. On découvrira au fil des épisodes une géopolitique complète (guerres, tractations, complots and co.)  ainsi que les mystères qui se cachent derrière des mystérieuses reliques et les yeux maudits du héros. L’animation oscille du correct au plutôt réussi, on pourra néanmoins lui reprocher un rythme assez décousu mais je n’en attends pas moins une hypothétique seconde saison.

#5 Angel Beats!

Anime qui prend suite spirituellement à Kanon, Air et Clannad car scénarisé par la même personne, sauf que ce n’est pas le studio Kyoto Animation à la barre mais P.A Works et Aniplex. L’anime est somme toute de qualité, on rigole pas mal, l’animation est vraiment travaillée et la trame principale est intéressante. Mais diable qu’il est difficile de passer après Clannad, Angel Beats! est à des années lumière au niveau de la dramaturgie et c’est bien sur cet aspect qu’il pêche majoritairement. Dès que les choses deviennent sérieuses, on commence à s’ennuyer un peu et à se perdre dans du pathos mal abordé (avec quelques exceptions). J’ai tout de même passé un très bon moment en le regardant et en le retrouvant avec son OVA récemment sorti.

#6 Katanagatari

Katanagatari est un anime assez particulier pour deux raisons. Tout d’abord par son format et son rythme de diffusion : 1 épisode de 50 minutes tous les mois pendant un an, et ensuite par son style graphique original qui ne manque pas de charme. Ce rythme de visionnage peut paraître long au premier abord, mais il s’avère finalement assez agréable du fait qu’il n’y ait pas de suspenses en fin d’épisodes, et que chacun de ces derniers commence et conclut une petite histoire tout en suivant la trame principale. L’histoire est globalement intéressante, l’ambiance et les personnages sont soignés et l’action vraiment excellente. Mais Katanagatari souffre d’un défaut majeur : ses longueurs. Dans un épisode de 50 minutes on se retrouve souvent avec une bonne moitié de dialogues denses et souvent assez barbants, ce qui tue le rythme de l’anime. Les réalisateurs auraient pu facilement faire le choix de couper 10 minutes à chacun des épisodes pour rendre le tout un peu plus digeste.

#7 Arakawa Under the Bridge et Arakawa Under the Bridge x Bridge

Shafterie de l’année, les première et seconde saisons d’Arakawa Under the Bridge sont l’occasion de laisser son cerveau de côté et succomber à un univers WTF qui correspond très bien au studio. L’humour oscille entre le mauvais et le très drôle et il est clair qu’il ne plaira pas à tout le monde. J’ai beaucoup aimé le rythme de l’anime qui se découpe en chapitres assez courts (environ 4 à 5 par épisode) qui se centrent sur une idée ou un évènement. C’est cet élément qui canalise les différents délires et fait en sorte que ces derniers ne partent jamais trop loin.  Côté réalisation, encore une fois c’est du Shaft, donc forcement elle est soignée, les délires visuels sont toujours présents mais bien moins que dans d’autres séries du studio comme les « ef » ou bien « Sayonara Zetsubou Sensei ».

#8 Giant Killing

J’ai bien failli placer cet animé dans la catégorie du dessous mais pour une fois qu’un anime sur le football est abordé de façon intelligente et réaliste, il fallait marquer le coup. Pas grand chose à dire de plus, la réalisation est de bonne facture sans atteindre des sommets et les stratégies mises en place sont quand même moins passionnantes que celles que l’on peut trouver dans des animes comme « One Outs ».

Les « c’est plaisant » 2010

#1 K-ON!!

Cette seconde saison est moe et c’est tout ce qu’on lui demande. Après, l’anime tournait déjà un peu en rond dans la première saison et c’est encore un peu le cas ici. L’animation est vraiment soignée et agréable, le moe transpire à chaque plan, on regrettera toutefois qu’au final on voit d’avantage les filles prendre le thé que jouer à leurs instruments, les animes sur le thème de la musique étant si rares.

#2 Seikimatsu Occult Gakuin

J’ai cru comprendre que beaucoup de personnes (Kirox le premier) n’avaient pas aimé cette série, personnellement je l’ai trouvée assez fun et je pense qu’elle constitue un bon passe-temps pas prise de tête. L’anime aborde les thèmes de l’occulte sans vraiment de sérieux, les personnages et les situations sont assez délirants et le tout est accompagné d’une réalisation tout à fait correcte.

#3 Sora no Woto

Encore un anime pas prise de tête. Sora no Woto nous projette dans un univers certes travaillé mais totalement sous-exploité, en effet l’anime prend le parti de se concentrer sur la vie des protagonistes aux penchants moe. La série a une très jolie réalisation globale, certains épisodes sont vraiment excellents (notamment les deux derniers) et d’autre beaucoup plus classiques, j’aurais vraiment aimé que l’anime s’attarde plus sur le background de l’univers et nous fasse voyager un peu plus dans ce monde.

#4 Saraiya Goyou

Saraiya Goyou ou House of Five Leaves en anglais est un anime assez contemplatif où l’on suit un pan de la vie d’Akitsu Masanosuke, excellent samurai se retrouvant à être le garde du corps de Yaichi, le chef de ce qui ressemble à un petit groupe mafieux. Le style est assez original et la réalisation graphique s’attarde notamment sur de nombreux décors magnifiques. L’histoire en elle même n’est pas extrêmement originale et on l’appréciera seulement pour ce qu’il est : un anime au rythme lent mais aux dialogues et à la réalisation soignée.

#5 Kobato.

Le seul intérêt de cet anime réside dans son personnage principal, on prend plaisir à voir Kobato heureuse, stupide, malheureuse, prendre son courage à deux mains, être triste, tomber, parler avec sa voix toute mimi … Bref un anime moe qui ne plaira qu’aux adeptes du soit disant cancer de l’animation japonaise.

#6 Kami nomi zo Shiru Sekai

The World God Only Knows est un anime qui aura tout pour plaire à l’otaku, le héros ne vie que pour sa passion : les « galge » (contraction de gal games, des jeux dont le but est de séduire des filles pour les deux du fond qui ne suivent pas). Un beau jour il va se trouver obligé de séduire des demoiselles dans la vraie vie alors que celles-ci ne l’intéresse pas le moins du monde. Ce cocktail détonnant nous donne une excellente adaptation du studio Manglobe, par contre le rythme est assez lent comparé au manga et le tout reste somme toute assez répétitif.

#7 Amagami SS

Anime basé sur un « galge », il se découpe en 6 arcs de 4 épisodes qui traitent chacun de la relation entre Junichi Tachibana et une des six filles qu’il va séduire. L’anime est d’un intérêt variable en fonction de l’arc :

Morishima > Nakata > Tanamachi > Sakurai > Ayatsuji > Nanasaki

Malheureusement l’anime commence par les personnages que j’ai le plus apprécié et notamment par l’indétrônable arc de Morishima-senpai. J’ai trouvé l’ensemble quand même moins intéressant et consistant que « KimiKiss » dont il est le successeur spirituel car les relations ne mettent en œuvre qu’un seul personnage masculin.

#8 Nodame Cantabile Finale

Suite et fin de l’adaptation du manga Nodame Cantabile. L’anime au cours des différentes saison a eu des hauts et des bas, j’ai trouvé cette saison assez moyenne. On retrouve avec plaisir quelques concerts qui manquaient à la précédente saison, par contre les personnages hauts en couleur de la première ne sont toujours pas présents, et donc hors de Chiaki et Nodame les protagonistes sont assez plats.

#9 Sora no Otoshimono: Forte

Mon petit pêché mignon de l’année, la première saison était un des rares anime ecchi que j’ai pu supporter et même apprécier et cette seconde saison lui emboîte bien le pas. Toujours assez WTF, j’ai quand même trouvé la série en deçà au niveau de l’humour, peut être était-ce dû au phénomène « seconde saison » qui ôte la surprise et la fraicheur d’une nouvelle série. Bien sur l’anime est accompagné de moult scènes ecchi avec des poitrines au rebondissement caractéristique de ce genre de série. Élément assez surprenant, certains épisodes se payent le luxe d’avoir une ambiance dramatique avec des combats épiques accompagnés d’une réalisation de plutôt bonne facture. Un film est maintenant prévu pour faire suite à cette saison, on verra si celui-ci sera faire la part entre le WTF et le scenario entamé depuis la première saison.

Les « ça passe bien le temps » 2010

#1 B Gata H Kei

Yamada est une fille qui veut se la jouer sûre d’elle et qui a un objectif des plus étranges : faire l’amour avec 100 garçons différents alors qu’elle est encore vierge et que manifestement au fond d’elle a un problème à passer le cap. Cela résume bien un peu l’esprit de l’anime, c’est une comédie assez stupide en soi mais qui a eu le mérite de me faire rire à plusieurs moments.

#2 Shiki

A la base il s’agit d’un anime d’horreur, genre dont je ne suis pas du tout fan car je ne ressens aucune peur devant ce type de média (par contre je claque des couilles devant des jeux vidéo du même type). Shiki m’a pourtant pas mal plu, l’ambiance se veut sérieuse, sans censure, il ne mise pas énormément sur les moments de peur (ce qui me fait le plus chier dans ce type d’anime), et on se demande pendant un bon bout de l’histoire comment cela va finir et pour moi c’est un point vraiment positif. Par contre le rythme est beaucoup trop lent par moment, ce qui gâche le tableau.

# Highschool of the Dead

Avant de voir l’anime je m’étais dis « Ouais cool enfin un anime de poutrage de zombie ! », en effet Highschool of the Dead c’est un peu ça mais c’est aussi beaucoup de ecchi, énormément de ecchi, trop de ecchi. Il faut avouer que les fans du genre seront ravis car pour le coup la réalisation est bien foutue et les scènes ecchi bien animées mais personnellement je sature très vite de ce genre de choses, surtout quand c’est abordé de façon si vulgaire. Mais il y a quand même du poutrage de zombie pour les amateurs.

#4 Baka to Test to Shoukanjuu

Baka to Test est une comédie sympathique qui se base sur un combat entre des classes en fonction de leurs résultats scolaires, j’aime beaucoup l’idée de base mais malheureusement le concept est un peu gâché par un humour et de l’action assez classique.

#5 Dance in the Vampire Bund

Le premier épisode annonçait un anime potentiellement excellent avec une parodie d’émission de télé très réussie, malheureusement l’anime n’a pas continué dans cette direction et est parti dans des sphères plus classiques d’histoires de vampires et autre loups-garou. L’anime se perd dans ses tentatives de faire quelque chose d’original et la réalisation n’est pas au niveau du reste des productions Shaftiennes. Il en reste que certains épisodes se laissent bien regarder.

#6 Tatakau Shisho: The Book of Bantorra


Anime qui ne m’a pas grandement passionné à cause de sa trame principale assez décousue.

Les « bof » 2010

#1 Panty & Stocking with Garterbelt

Second anime de la Gainax cette année, j’en attendais beaucoup, surtout que celui-ci reprend un style de dessin très américain proche des réalisation de Genndy Tartakovsky (Dexter Laboratory, The Powerpuff Girls). Malheureusement j’ai eu droit à un anime à l’humour graveleux du plus bas étage avec des blagues et situations visiblement imaginées par l’esprit d’un adolescent pré-pubère. C’est assez dommage car certains épisodes sont assez bons et on imagine très bien ce que ça aurait pu donner si l’anime Panty & Stocking avait été lavé d’une bonne partie de son humour.

#2 Rainbow

Rainbow possède un début que je trouve maladroit et vraiment cliché sur le milieu de la prison avec notamment des personnages exécrables dans le staff de la prison. Celui-ci s’améliore dans sa 2ème moitié un peu plus variée et crédible, mais malheureusement le mal est fait.

#3 Kimi ni Todoke

Comédie romantique shoujo qui aurait pu être sympa si on l’amputait de son personnage principal. Sawako est un personnage qui ne comprend rien à la vie, qui s’émerveille pour un rien et cela a le don de m’exaspérer au plus haut point.

#4 Tegami Bachi

Une adaptation pas très bonne du manga, je ne sais pas si c’est le choix affreux pour le doublage des personnages ou bien la réalisation low cost qui fait ça mais je trouve qu’on perd le lyrisme et la dramaturgie originale de l’œuvre.

#5 Kaichou wa Maid-sama!

Comédie romantique shoujo on ne peut plus classique, on retrouve des schémas vus et revus ailleurs dans d’autres oeuvres du même style, rien de bien palpitant.

#6 Fairy Tail

Un shonen on ne peut plus classique, il ne peut pas donner plus d’originalité que le manga original de toute façon.

#7 Hanamaru Youchien

Anime de la Gainax pas très passionnant car il s’agit là d’une comédie romantique assez classique. L’aspect des personnages d’école maternelle est assez chiant, seule Hiigari relève un peu le niveau.

#8 Ookami-san to Shichinin no Nakamatachi

Encore une comédie romantique, rien de révolutionnaire non plus, on notera juste un mix de baston de temps à autre.

#9 Ore no Imouto ga Konnani Kawaii Wake ga Nai

Combo de comédies romantiques fades à la suite, les otakus auront pour se consoler la sœur du héros qui est une fan d’eroge.

Les « mauvais » 2010

#1 Working!!

Comédie romantique pour changer, pas drôle, pas originale, à ne pas voir.

#2 Sengoku Basara Two

Cette seconde saison m’a déçu, la première m’avait plu sans plus, trop de blabla autour d’un scénario chiant et pas marrant à suivre, le peu de baston qu’il reste est assez inintéressant.

#3 Senkou no Night Raid

Dieu que c’est chiant à suivre comme animé, pourtant l’idée et le contexte de base annonçait quelque chose à l’ambiance soignée. Au final on s’ennuie ferme tout du long.

#4 Hakuouki

Au-secours ! J’ai dépassé ma limite de tolérance de bishonen.

#5 Cobra the Animation

Déjà à l’origine je n’étais pas très fan de Cobra quand j’étais petit, et bien cela ne s’est pas arrangé avec cette nouvelle saison. Cet anime est rempli de mauvais goût, dans le choix des protagonistes et dans la réalisation, et les différents scenarii d’épisodes sont plus inintéressants les uns que les autres.

#6 Seitokai Yakuindomo

Des blagues à caractère sexuel toutes les 30 secondes mais aucune de drôle, passez votre chemin.

#7 Heroman

Une bouse devant l’éternel, si vous avez plus de 8 ans cela ne sert à rien de regarder,  c’est ridicule, cliché et heureusement plutôt correctement animé pour ne pas en faire un des plus mauvais animes que j’ai eu l’occasion de voir.

#8 Iron Man

Une exécrable adaptation du comics Iron Man, mauvais scénario, mauvaise réalisation, Tony Stark perd de sa superbe.

Les « le début était naze alors j’ai préféré ne pas aller plus loin » 2010

Dans cette catégorie je n’aborderai pas les nombreux animes que j’ai abandonné au bout d’un à trois épisodes car ils sont nombreux et je n’ai pas forcement l’envie et surtout la matière pour en parler sur quelques lignes. Sachez juste que d’après moi cette année il ne fallait pas regarder :

  • Soredemo Machi wa Mawatteiru
  • Fortune Arterial: Akai Yakusoku
  • Shinryaku! Ika Musume
  • Shinrei Tantei Yakumo
  • Yosuga no Sora
  • Hyakka Ryouran: Samurai Girls
  • SD Gundam Sangokuden Brave Battle Warriors
  • Ookami Kakushi

OAV, Films et autres conneries

Les OAV, Films et autres conneries ci-dessous ne sont pas triées par ordre de préférence.

Halo Legends

Pour les amateurs de l’univers d’Halo, il s’agit d’un très bon omnibus, très varié dans les histoires et les réalisations. J’aurais aimé que les univers d’Iron Man et Wolverine soient adaptés comme cela plutôt qu’une simple série insipide de 13 épisodes.

Saint Seiya: The Lost Canvas – Meiou Shinwa

Adaptation à la hauteur du manga, cette série d’OAV ne fait pas trainer en longueur l’histoire comme pour la plupart des adaptations de shonen et c’est extrêmement appréciable. La réalisation est de bonne facture et met bien en exergue les combats titanesques des chevaliers.

Break Blade

Les deux premiers films parus m’ont laissé une excellente impression, belle réalisation, les mechas ainsi que les combats sont bien classes et le tout est saupoudré d’un scénario pas trop complexe pour le moment mais on sent un potentiel certain. Autant dire que j’attends les prochains films avec impatience.

Black★Rock Shooter

Un OAV assez contemplatif où il ne se passe pas grand chose à part un trip visuel. Presque aucun scénario à l’horizon, un peu de baston et beaucoup de plans juste pour faire classe, Black★Rock Shooter plaira aux amateurs de jolis morceaux d’animation mais n’allez pas y chercher plus.

Darker than Black: Kuro no Keiyakusha Gaiden

Cette série d’OAV fait le lien entre le première saison et la seconde, elle n’est pas extrêmement passionnante mais a le mérite de coller les deux bouts. Si vous avez aimé les Darker than Black, vous pouvez vous lancer dans le visionnage de ces OAV sans hésitations.

Evangelion: 2.0 You Can (Not) Advance

Je ne m’attarderai pas trop sur ce 2ème film, j’attends de voir l’œuvre dans son intégralité avant de déverser mon venin. En tout cas c’est beau, bien animé et super pêchu.

___________________________________________________

Bonjour, c’est Kirox et je viens hijacker cette récap de khyos pour ajouter à son bilan déjà fort complet quelques films que j’ai eu l’occasion de voir cette année et qu’il n’a pas (encore) pris le temps de regarder (ou dans le cas de Summer Wars, qu’il a la flemme de critiquer).

Summer Wars

Sorti en 2009 au Japon mais seulement l’année dernière au cinéma et en DVD chez nous, Summer Wars est le dernier film du réalisateur Mamoru Hosoda (la Traversée du Temps, One Piece film 6). Un mélange assez étrange et pourtant réussi de portrait d’une grande famille japonaise, et d’action frénétique dans un cyber network avancé. Visuellement très réussi, ce film offre de très bons moments de fun et de bravoure pour peu qu’on ne le prenne pas trop au sérieux et qu’on se laisse porter par l’ambiance.
Ah, et qu’on ait pas vu Digimon – Bokura no War Game aussi, sinon ça spoile l’intrigue.

Suzumiya Haruhi no Shōshitsu

Après une saison 1.5 imprévue et surtout imprévisible, Kyoto Animation brosse cette fois le fan dans le sens du poil en adaptant entièrement le quatrième tome du light novel en un film de 2h40. Une durée que j’ai trouvé un peu trop ambitieuse, tant le début prend vraiment son temps pour poser le contexte. Passé une première moitié bien lente donc, la deuxième est plus intéressante d’un point de vue scénaristique. On retrouve des liens avec les éléments posés dans la série (ou dans les tomes précédents si vous voulez) qui viennent s’ajouter au puzzle global, et c’est aussi l’occasion de développer le personnage de Yuki et d’en apprendre un peu plus sur sa manière de penser. Et puis c’est encore une fois visuellement très réussi avec de forts jolis décors. Un bon ajout à la franchise.

Macross Frontier ~Itsuwari no Utahime~

Remake de la série diffusée en 2009, ce premier film prévu en deux parties propose un scénario assez différent de la série. Tant mieux, vu que ce n’était pas vraiment le point fort de cette dernière. Ici la sauce prend plutôt bien, on retrouve bien sûr ce mélange mechas/chansons/amourettes si cher à la franchise, mais ici de façon très bien dosée, avec une place équivalente pour ces trois éléments. Le scénario est simple et direct mais à le mérite de ne pas s’attarder dans des fioritures débiles. Seul regret de ma part : les nouvelles chansons ne sont pas à la hauteur des anciennes. Un bon démarrage, reste à voir si la conclusion est à la hauteur.

Trigun: Badlands Rumble

Une gourmandise pour les fans de Trigun, voilà ce qu’est Badlands Rumble. Produit et diffusé plus de dix ans après la fin de la série, ce film vient s’intercaler un peu n’importe où au milieu du scénario et n’a aucune incidence sur le déroulement global de l’anime. On ramène un nouveau méchant, on met une bonne dose de Vash, du Wolfwood, une pincée de Meryl et Milly et une apparition du chat noir et hop, voici ce qui aurait pu être un épisode basique de Trigun. Autant dire que ça ne vole pas vraiment haut et n’est pas à la hauteur des meilleurs épisodes de la série. Mais bon, en tant que fan ayant adoré Trigun il y a 7 ou 8 ans, je dois bien avouer que j’ai pris du plaisir à retrouver ce bon vieux Vash dans une aventure qtout de même sympathique.

Bungaku Shoujo

Adaptation d’une série de light novel, ce film qui débute de manière très classique (Boy meets Weird Girl) se révèle bien plus fin qu’il n’y paraît au départ. Difficile d’en parler sans trop spoiler, mais pour faire simple l’histoire gravite autour du héros Konoha Inoue, qui va se voir confronté à des évènements de son passé qui resurgissent et qui vont révèler quelques traumatismes… Les personnages sont assez profonds, bien développés et surtout traités avec sérieux et une pincée de drame. De plus le rythme est bien géré, on ne s’ennuie pas et la conclusion est satisfaisante. Visuellement c’est plutôt joli, malgré un chara-deign un peu austère. Une bonne surprise pour ma part. A noter que ce film est à compléter des trois OAV qui développent encore un peu plus le background des personnages principaux.

Fin du hijack, je repasse le clavier à khyos.

___________________________________________________

Ce que j’ai regardé en 2010 mais qui n’est pas de 2010

Encore une fois sans ordre de préférence.

Koko ni Iru

Un court métrage de deux minutes simple, beau et mignon. Vous ne perdrez pas votre temps en le regardant.

Nijuu Mensou no Musume

J’étais passé à côté lors de sa diffusion mais sur les bons conseils de Kirox je m’y suis mis. Nijuu Mensou no Musume est un anime d’aventure (genre généralement trop rare ou mal traité en animation japonaise) bien sympathique, le charac design n’est pas génial mais le reste de la réalisation est de qualité. L’histoire est bien sympa même si elle ne révolutionnera pas le genre.

Aria the Natural et Aria the Origination

La première saison m’avait à l’époque profondément fait chier avec son rythme on ne peut plus lent. La seconde saison est légèrement moins chiante que la première, je lui reprocherai tout de même son développement des personnages qui est d’un lenteur sans nom, par contre la réalisation est rehaussée d’un ton et l’univers se fait plus enchanteur. Quant à la troisième saison, celle-ci est beaucoup plus charmeuse, que ce soit dans sa réalisation sublime ou bien dans son rythme accéléré.

Superflat First Love & Superflat Monogram

Deux publicités pour Louis Vuitton à l’univers coloré. une dizaine de minutes au compteur pour les deux, ça vaut le coup d’y jeter un œil.

Maria†Holic

Anime de SHAFT dont je ne retiendrai que son opening, l’anime en lui même est assez chiant et pas très drôle. Définitivement le cross-dressing c’est pas mon truc.

Abenobashi Mahou Shoutengai

Sympathique anime de la Gainax qui nous fait voyager à travers différents univers et donc autant de trips graphiques. L’anime n’a parfois pas beaucoup de sens mais l’intérêt c’est le plaisir qu’on prend à suivre le délire. J’aurais juste aimé que la série soit plus constante dans la qualité des univers abordés.

Fate/stay night

Je m’attendais à une bouse dégoulinante de sentiments émo et des scènes d’action d’un classicisme soporifique mais j’ai été étonné de découvrir une série loin d’être détestable. Outre sa trame principale qui n’a que peu d’intérêt, l’anime brille par ses combats et sa réalisation vraiment travaillés.

Kamichu!

Kamichu est un anime assez mignon mais on regrettera l’autisme inhérent aux personnages principaux. Loin d’être un grand morceau de l’animation japonaise il permettra aux plus gourmands d’entre vous de passer un moment sans prise de tête et de vous évader dans un monde fantastique proche de celui des Miyazaki mais qui n’en a pas la grandeur.

Kure-nai

Anime qui fait la prouesse de mélanger vie quotidienne, humour, mafia et fantastique. J’ai beaucoup apprécié cette série alors qu’à l’époque de sa diffusion le premier épisode ne m’avait vraiment pas branché, sûrement à cause de la fille grande gueule et pleurnicharde qui a fait remonter des vieux relents du « Tombeau des Lucioles ». Au final il s’agit d’un anime sympathique, assez inégal quant à la qualité narrative de ses épisodes mais j’ai passé un bon moment en la regardant.

Slayers

Anime d’heroic fantasy à base vraiment classique qui se base sur son humour pour sortir du lot. J’étais loin d’être explosé de rire à tous les épisodes mais il est vrai que certaines situations prêtaient souvent à sourire, j’ai été malgré tout assez déçu car on me l’avait vendu comme un grand moment de comédie et mon ressenti fut assez éloigné de ça.

Detroit Metal City

Série d’OAV hors normes, Detroit Metal City est une petite merveille qui m’aura valu le coup d’être écroulé de rire dans le RER en la regardant. Elle n’a qu’un seul défaut : sa durée, je ne peux qu’en redemander.

Air

Au final j’aurais regardé Clannad, Kanon et Air dans le sens inverse de diffusion au Japon, cette série est légèrement inférieure à Kanon, qui était elle-même largement inférieure à Clannad, mais j’ai passé un bon moment assez léger. Il y a toujours cette ambiance à la frontière de la réalité et du fantastique assez particulière qui règne dans ces adaptations de Visual Novel par Kyoto Animation, et à chaque fois ça marche je me laisse envouter.

7 réponses à “Bilan Anime 2010”
  1. Toulal dit :

    Oooh Kamichu! ! Je lui ai mis 10/10, personnellement ; j’ai vraiment adoré, sans chercher à le comparer à un Miyazaki (et puis quoi encore ?). Et puis les personnages ne sont que des collégiens, faut les pardonner quoi.

    En tout cas j’adhère pour Durarara!! en première position, c’est bien celui que je suivais le plus assidûment, en commençant d’ailleurs avec les diffusions de la chaîne de Dybex (puis je suis allée voir ailleurs…)

  2. Rukawa dit :

    quelle idée de génial ce graphique, je vais faire pareil !
    quand je serai motivé.

    Slayers reste sympa mais le NEXT est exceptionnel.

  3. cmoididi dit :

    ton billant me laisse abasourdie OO je suis presque entièrement d’accord avec toi XD même si working ma pas mal plus mais bon je te demande si je peut le diffuser sur mon blog?

  4. Inuki dit :

    Dans les faits je pense que t’as regardé les animes les plus « marquants » de 2010. Au plus il manque Zakuro qui était vraiment une des bonnes surprises de l’année. Soredemo s’améliore au fil des épisodes sinon.

    Working je comprends pas trop que t’es pas apprécié. C’est sûrement la comédie la plus populaire de l’avis général. Pour le reste des « mauvais » on est d’accord à part peut-être Sengoku même si je ne suis pas fan.

    Bref joli bilan ;).

  5. Hiruma-kun dit :

    Je suis d’accord avec Inuki, Working était pas trop mal, surpris aussi de ton choix…
    Bilan de ton bilan 10/10 héhé

  6. Rip dit :

    Impressionnant !

    Salutations, et respects pour un bilan (des bilans, j’en ai vu d’autres) qui ont dû demandé un paquet de temps à la rédaction.

    à bientôt,
    Rip

  7. Night dit :

    Je vous trouve bien dur, j’ai adoré les séries « Shiki » et « Rainbow » je ne es ai pas regardées pour passer le temps, les deux étant plutôt dans un ton dramatique et psychologique, j’ai vraiment adoré ! Sauf la fin.
    Disons que Shiki aurait pu être mieux, je m’attendais a ce que la fille soit tuée mais même pas, donc j’avoue avoir été déçue. Quand a Rainbow, ça devient un peu moins intéressant à leur sortie de taule, mais le début était extrèmement bien réalisé.
    J’avoue que, comparé à certains animes d’avant (2007-2008), c’est quand même moins intéressant. Je ne sais pas trop ce qu’on les scénaristes car parfois, on reste dans la répétition et les clichés donc c’est certain que les animes d’hier se sont perdus…

  8.