Archives pour la catégorie “Musique”

Toum Toum Tich

Les bilans y’a que ça de vrai, surtout en cette fin d’année où l’on cherche les cadeaux les plus beaux à faire. Chacun sa spécialité dans l’équipe, Mithrandir parlera jeu vidéo, khyos d’anime, et moi de musique donc. Beaucoup plus fouillé que l’année dernière, je vais même cette fois-ci proposer des liens pour écouter les albums en streaming sur Deezer ou Spotify, selon la disponibilité sur ces deux supports d’écoute gratuite en ligne. Si vous ne connaissez pas ce dernier, jetez-y un oeil, personnellement je préfère son interface simple et agréable plutôt que l’usine à gaz qu’est Deezer. Voici donc mon année musicale, d’abord par préférence, pour finir par mon top 5 personnel :

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Comme a dit très justement Mithrandir en citant un de nos anciens professeurs de physique du temps où nous étions dans la même classe : c’est toujours un plaisir de faire un bilan ! Je laisse le soin à khyos de produire un bilan côté animes, pour ma part je vais vous parler de mon autre grande passion : la musique. Au programme un petit point sur la désormais célèbre (comment ça dans mes rêves seulement) Radio J-Truc, avec des news exclusives, et un petit bilan de ce que j’ai écouté parmi les sorties musicales en 2009.

Lire la suite »

Comments 2 commentaires »

Aspect quasiment absent d’un point de vue scénaristique, Eureka seveN est pourtant bourré de clins d’oeil à la culture musicale. Preuve une fois de plus s’il en était besoin, du background réfléchi et fouillé de cette série spécialement conçue pour le format TV. Eacil avait fort bien développé il y a quelques mois de cela quelques unes des références littéraires présentes dans la série, je vais donc évoquer (de manière bien moins analytique certes) un autre point intéressant et plutôt bien développé. Comme quoi, pas besoin de sound boosters, de deculture ou de robots chantants pour parler musique dans un anime de mecha.

Lire la suite »

Comments 5 commentaires »

Merci Mithrandir pour le titre

Comme vous avez pu le voir si vous êtes un lecteur fidèle de ce blog (il en reste ?), ça fait maintenant quelques mois que nous ne faisons plus de podcasts. Les raisons sont diverses : plannings incompatibles, incapacité d’emporter le matériel nécessaire partout (je refuse d’enregistrer des podcasts par le biais d’internet, jugeant la qualité trop approximative et le délai de réaction insupportable), et simple flemme. Comprenez-nous, on se voit déjà assez rarement, alors le peu de fois où ça arrive, on est plus motivés pour se faire un bon resto et une partie de Mario Kart plutôt que de se poser et faire un podcast (même si on rigole toujours bien à les enregistrer, comme peuvent en témoigner les divers bêtisiers).

Pour pallier un peu à ce manque, et motivé par la découverte de Radionomy via Tsumugi, la radio d’Amo, je vous présente la web-radio officielle du J-Truc ! Au programme bien sûr les grandes thématiques du site, à savoir des plages musiques de jeux vidéo, des musiques tirées d’ost d’animes, et un peu de J-Music. Les plages jeux vidéo contiendront en majorité des remixes et arrangements (officiels ou amateurs), sans pour autant complètement négliger les originales. Et pour les animes ce sera génériques ou pistes d’ost, parfois dans une version différente de celle que vous connaissez.
A côté de tout ça, le reste est orienté Rock et Musique électronique période 90/00, mes styles et périodes de prédilection (oui c’est un peu Radio Kirox de ce côté-là).

Pour le programme complet, cliquez sur le lien Radio J-Truc en haut à droite. Et pour écouter la radio, j’ai ajouté un lien vers le .m3u sur la colonne de droite. Pas de player pour l’instant, ça viendra plus tard que j’aurai réussi à le mettre en place sans foutre en vrac le reste du blog (ou que khyos rentre de vacances).

Radionomy impose des plages de publicité, deux par heure exactement. Elles sont très (très très…) vite énervantes, mais c’est le prix à payer pour avoir un service légal et gratuit. Par ailleurs il subsiste encore quelques bugs dans la programmation (des pistes qui sautent notamment), donc il peut intervenir quelques légers décalages dans les horaires.

J’essaierai bien sûr de renouveler la base de données régulièrement du mieux que je peux, mais je pense qu’il y a déjà suffisamment de quoi faire (sauf peut-être en J-Music pour l’instant). Pas de playlist spéciale ou de diffusion de podcasts de prévue pour l’instant, ça viendra peut-être avec le temps si la radio marche bien, why not.

Voilà, enjoy !

Edit : Je précise suite à une remarque sur IRC. Cette radio n’a pas pour but de concurrencer Tsumugi, malgré l’apparence que ça donne apparement.
Celle-ci n’a pour ambition que de proposer un aperçu des goûts musicaux de la team (enfin surtout des miens en fait), et restera un petit « à côté » du blog. Je n’ai pas le temps ni la motivation pour faire des soirées à thème (autre que classer par genre), des jingles personnifiés, ou d’ajouter les suggestions du public éventuel, bref de faire un truc bien structuré et attractif comme le fait justement Amo (et il le fait très bien).
Pour moi c’est juste un petit bricolage qui m’amuse pendant mon temps libre, parce j’aime bien tester ce genre de trucs, et surtout que j’adore la Musique.

Voilà euh je sais pas si j’ai été très clair, tout ça pour dire que je ne cherche nullement l’embrouille :(

Comments 13 commentaires »

Appartenant à la mouvance Shibuya Kei, un courant musical japonais mélangeant la musique électronique avec d’autres influences, Cornelius est un des artistes les plus intéressants de cette tendance. Son style de prédilection est un mélange d’electronica et de pop-rock. De mes connaissances musicales, le groupe musicalement le plus proche qui me viendrait à l’esprit, ce serait Primal Scream, qui a connu une évolution musicale similaire avec l’introduction d’électronique dans leur univers. Et moi quand on mélange deux univers comme ça… j’adore !

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Je ressors un article de mes placards que j’avais entamé à la sortie du concert, et que j’avais complètement oublié depuis… Je répare donc cet affront en le complétant et en le publiant… six mois après. Mais mieux vaut tard que méga tard, comme on dit.

Projet de Tommy Tallarico et Jack Wall, deux grosses pointures de la musique de jeu vidéo, le Video Games Live est une série de concerts joués par un orchestre symphonique reprenant des grands thèmes de musique de jeux vidéo. Hier soir Le 18 décembre dernier au Palais des Congrès à Paris se déroulait la première prestation de ce show en France (si l’on excepte le concert spécial Blizzard donné il y a quelques mois), et il va de soi qu’en tant que grands fans de musiques de JV (et proches de Paris) nous étions présents pour l’événement.

Lire la suite »

Comments Pas de commentaire »

Après la série des sympathiques Oendan (Elite Beat Agents) et du beaucoup moins pertinent Guitar Hero : On Tour avec son super accessoire qui ne marche pas sur DSi, c’est au tour de Nintendo de proposer son jeu de rythme pour la Nintendo DS. Il s’agit en fait de la suite directe du très réputé Rhythm Tengoku, sorti sur Game Boy Advance, et auquel je n’ai jamais pu jouer étant donné qu’il n’est sorti qu’au pays du soleil levant. Son nom, il le signe de la pointe d’un stylet, d’un R qui veut dire : Rhythm Paradise.

Lire la suite »

Comments Un commentaire »

A mettre en fond sonore pendant la lecture.

Parce qu’il ne faudrait pas qu’on croit que je n »écoute que de la musique électronique non plus. Melt-Banana est un groupe à ranger dans la catégorie Noise-Rock. Un genre de rock à guitare jouant sur des mélodies dissonantes et le plus souvent complètement destructurées. En d’autres termes, c’est souvent un gros bordel sonore. C’est d’ailleurs une scène musicale qui s’est très bien développée au Japon dans les années 90, au point que le terme Japanoise est apparu pour qualifier ces groupes nippons comme Merzbow ou les Boredoms.

Lire la suite »

Comments 3 commentaires »

Nom de scène de Daisuke Endo, De De Mouse n’a pas perdu de temps depuis ses débuts puisque non seulement il est signé sur le prohéminant label Avex Trax après seulement quelques années de carrière, mais il a en plus déjà sorti deux albums : Tide of Stars en 2007 et Sunset Girls en 2008. Le son de ce talentueux bidouilleur est une sorte d’électro-pop mélangeant voix digitalisées sortant de vocaloids, synthétiseurs frétillants, et rythmes drum’n bass frénétiques. Un mélange détonnant pour un résultat enchanteresque.

Les deux albums sont assez similaires dans leurs sonorités, à quelques différences d’ambiance près. Tide of Stars est plus frénétique et rythmé que son successeur, avec plus de rythmes lorgnant sur la drum’n bass. Il n’en conserve pas moins une ambiance guillerette qui met le sourire aux lèvres avec des mélodies toutes en majeur. C’est un peu en cela l’exact opposé de (Dieu) Amon Tobin, qui utilise lui aussi des rythmiques similaires, mais les allie à des samples plutôt sombres et glauques pour un résultat presque cinématographique. Avec De De Mouse, on se croirait plutôt dans un dessin animé, si on veut garder la comparaison. Sunset Girls est quant à lui plus axé sur les mélodies douces en enjouées, moins dansant mais plus relaxant.

A noter qu’il a également sorti un mini-album du nom de Down Town en collaboration avec le groupe chiptune YMCK (dont vous pouvez apercevoir quelques clips en rotation sur la chaîne Nolife).

On pourra lui reprocher d’être un peu répétitif à la longue, les morceaux se ressemblant un peu tous il est vrai. Mais ce serait bouder son plaisir, et ce serait dommage de passer à côté de cet artiste très prometteur, qui ajoute avec brio une « japan touch » au royaume de l’électronica, qui contient pourtant déjà suffisamment de gens bien barrés (allez, au hasard citons Aphex Twin, Squarepusher, LFO, et bien d’autres encore).

Site officiel

Quelques vidéos :

East End Girl

Baby’s Star Jam (PV)

Light Night Dance @ shinjuku loft
light night dance@shinjuku loft

Live @ Fairground ’07

Comments 2 commentaires »

Je me permet un petit rappel explicatif vu la nouvelle nature bloggesque du site. Dans cette rubrique musique je (ou tout autre membre de la team qui se sent une âme de mélomane) vais présenter des artistes musicaux japonais qui me semblent intéressants à faire connaître. L’ambition étant double, à la fois de faire partager au plus grand nombre les bons groupes dans la plus pure tradition du web 2.0, et pourquoi pas au passage faire comprendre à certains réticents que la j-music, c’est bien plus vaste que les groupes d’idols et de visual kei (oui je sais, mon article commence mal avec des liens pareils, mais ça va s’améliorer, promis).

Aujourd’hui au programme un artiste de musique électronique qui commence à se faire une jolie notoriété à l’international à force de remixer les artistes les plus en vogue actuellement. Shinichi Osawa n’a sorti qu’un album sous son propre nom (The One, en 2007), mais pourtant c’est loin d’être un débutant dans son domaine. Il officiait auparavant sous le pseudonyme de Mondo Grosso, à la base un groupe de musique plutôt orienté acid jazz/funk dans lequel il jouait en temps que bassiste. A la dissolution du groupe peu après leur premier album, notre ami Osawa a gardé le nom du groupe pour sortir ses propres productions, s’orientant petit à petit vers un son plus typé house. C’est en 2007 que s’opère le plus gros changement, l’artiste change de label pour passer chez Avex Trax, un des plus gros labels japonais (Ayumi Hamasaki, BoA, Kumi Koda, etc.), et en profite pour sortir son premier album sous son vrai nom. Un changement qui va de pair avec le son de ce nouvel album, beaucoup plus électro-house et reflétant ainsi la teneur de ses prestations live sous forme de dj-set.

theone

The One donc, est un excellent album dans la plus pure tradition de cette récente mouvance electro-house qui propose une sorte de compromis entre la musique électronique et le rock, avec plus d’utilisation de vrais instruments, et des prestations live plus proches d’un vrai live que d’un enchaînement de disques. Parmi les groupes représentatifs de cette tendance, citons en vrac Soulwax, Digitalism, Justice, Goose, Boys Noize, Van She, The Whip, et encore des centaines d’autres… C’est une grande famille ça de toute façon, la preuve ils se remixent tous. Osawa a remixé Digitalism, Van She a remixé Osawa, Soulwax et Boys Noize ont remixé Justice, et ça continue encore et encore… (non, Françis Cabrel n’a pas été remixé par l’un d’eux à ma connaissance). Et donc forcément, l’album a un son très occidental, et il est finalement assez peu emprunt de culture japonaise, à part sur deux titres : Our Song, le seul de l’album chanté en japonais, et Ami Nu Ku Tuu, qui clôt l’album en douceur et qui contient des instruments traditionnels.

Le reste, c’est du son sacrément puissant, avec de belles montées progressives qui explosent bien comme il faut et qui font secouer la tête avec plaisir. J’ai envie de dire que c’est presque un modèle du genre, tant des morceaux comme Electro411, Maximum Joy ou Last Days sont parfaitement calibrés pour faire exploser une piste de danse. D’ailleurs concernant ce dernier morceau, c’est l’occasion pour l’artiste de rendre un hommage à ceux qui l’ont fortement influencé, en effet Last Days contient un gros clin d’oeil au morceau Idealistic de Digitalism. En outre, le morceau qui débute l’album : Star Guitar, est une reprise du morceau du même nom des Chemical Brothers sur l’album Come with Us.

L’album a été suivi en 2008 par un album de remix nommé sobrement The One+, qui contient des versions arrangées de morceaux de The One par d’autres artistes. Personnellement rien ne m’a touché dans celui-ci, à part la version de Maximum Joy par Van She, mais je suis peut-être juste aveuglé par mon fanboyisme envers ce dernier groupe.

Vous l’avez compris, The One est une petite bombe, un de mes vrais coups de coeur parmi la vague électro-house que je suis pourtant assidûment. A noter que pour ses prestations live, le japonais ne se cantonne pas à son pays natal et nous fait le plaisir de venir en Europe de temps à autre, il est d’ailleurs passé récemment à Paris à l’Elysée Montmartre dans le cadre des soirées NME.

The One sur deezer

Comments Pas de commentaire »